Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Image: AFP/FAO

SOCIETE

Un rapport conjoint de l’organisation des nations unies pour l’alimentation  et l’agriculture (Fao) et quatre autres agences onusiennes a révélé  une augmentation du taux de personnes affamées à travers le monde. En 2017, le document estime à près de  821 millions, le nombre de personnes qui ont eu faim dans le monde  contre 804 millions en 2016.

En 2010, l’Onu s’était pourtant assigné  un objectif d’éradiquer jusqu’en 2030,  la faim dans le monde. En effet, l’objectif n°2 des ODD prévoit « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » d’ici 2030. Ce rêve se voit un échec parce que selon ce rapport, le nombre de personnes affamées a augmenté pour la troisième fois consécutive.  

En croire ces chiffres, le continent africain  demeure le plus touché  avec 21 % de sa population mal nourrie suivi de l'Asie avec 11,5 %. Cette situation déplorable s’explique selon les auteurs de cette étude, aux variations  climatiques qui rendent  la tâche plus difficile aux paysans. « Cette année, l'accent a été mis sur le changement climatique, le rapport démontre clairement que la variabilité du climat, et l'exposition à des phénomènes extrêmes, plus complexes, plus fréquents et plus intenses, ont remis en cause les progrès observés dans l'éradication de la faim et de la malnutrition », a expliqué José Graziano da Silva, directeur général de la FAO cité par RFI.

Pour rectifier le tir, les auteurs du document ont fait savoir qu’il fallait aider les paysans du sud en investissant dans les semences améliorées et dans la préservation des récoltes. Toute fois si le dérèglement climatique  est pointé  du doigt, la guerre demeure l'une des premières causes de malnutrition selon les chercheurs et 151 millions d'enfants  dans le monde souffrent encore de la faim.

Au Burkina Faso, selon les chiffres du ministère en charge de l’agriculture, durant la période de soudure (juin à août 2018), 620 394 personnes ont été en situation d’insécurité alimentaire.