Aujourd'hui,
URGENT
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations
Burkina: la Brigade spéciale des investigations Anti-terroristes chargée de l’enquête su l'attaque du convoi de la mine de Semafo
Burkina: au moins 37 morts dans une attaque terroriste contre un convoi de la société minière de Boungou (Semafo) à l'Est
Burkina: le député Daouda Simboro démissionne de son poste de député à l'Assemblée nationale
Climat: les États-Unis officialisent leur sortie de l'accord de Paris sur le climat

Image: AFP/FAO

SOCIETE

Un rapport conjoint de l’organisation des nations unies pour l’alimentation  et l’agriculture (Fao) et quatre autres agences onusiennes a révélé  une augmentation du taux de personnes affamées à travers le monde. En 2017, le document estime à près de  821 millions, le nombre de personnes qui ont eu faim dans le monde  contre 804 millions en 2016.

En 2010, l’Onu s’était pourtant assigné  un objectif d’éradiquer jusqu’en 2030,  la faim dans le monde. En effet, l’objectif n°2 des ODD prévoit « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » d’ici 2030. Ce rêve se voit un échec parce que selon ce rapport, le nombre de personnes affamées a augmenté pour la troisième fois consécutive.  

En croire ces chiffres, le continent africain  demeure le plus touché  avec 21 % de sa population mal nourrie suivi de l'Asie avec 11,5 %. Cette situation déplorable s’explique selon les auteurs de cette étude, aux variations  climatiques qui rendent  la tâche plus difficile aux paysans. « Cette année, l'accent a été mis sur le changement climatique, le rapport démontre clairement que la variabilité du climat, et l'exposition à des phénomènes extrêmes, plus complexes, plus fréquents et plus intenses, ont remis en cause les progrès observés dans l'éradication de la faim et de la malnutrition », a expliqué José Graziano da Silva, directeur général de la FAO cité par RFI.

Pour rectifier le tir, les auteurs du document ont fait savoir qu’il fallait aider les paysans du sud en investissant dans les semences améliorées et dans la préservation des récoltes. Toute fois si le dérèglement climatique  est pointé  du doigt, la guerre demeure l'une des premières causes de malnutrition selon les chercheurs et 151 millions d'enfants  dans le monde souffrent encore de la faim.

Au Burkina Faso, selon les chiffres du ministère en charge de l’agriculture, durant la période de soudure (juin à août 2018), 620 394 personnes ont été en situation d’insécurité alimentaire.

 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé