Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SOCIETE

Les participants au deuxième camp cibal du Balai citoyen tenu les 8, 9 et 10 septembre 2018 à Ouahigouya (Province du Yatenga/Région du Nord) ont adopté une motion sur la tenue du référendum constitutionnel. 

Le mouvement de la société civile estime que compte tenu de la dégradation de la situation sécuritaire, il serait opportun de faire adopter la Constitution de la Ve République par voix parlementaire et de remettre la somme prévue à la tenue du référendum à l’équipement des forces de défense et de sécurité.  

Les participants ont donc demandé « au gouvernement et à l’ensemble de la classe politique de surseoir à la tenue du référendum et de recourir à la voie parlementaire pour l’adoption de la nouvelle constitution ».  Aussi, ils ont « exigé que les ressources prévues pour l’organisation de celui-ci (environ 10 milliards) soient reversées dans l’effort de guerre contre le terrorisme afin de renforcer les capacités techniques et opérationnelles de nos vaillantes forces de défense et de sécurité (FDS) et d’assurer un maillage complet et efficace de tout le territoire national ».

Notons que le Burkina Faso est confronté depuis janvier 2016 à une vague d’attaques terroristes visant la capitale Ouagadougou et d’autres localités situés au nord du pays. Le phénomène a pris de l’ampleur ces derniers mois où des attaques à répétition ont ciblé des positions militaires et paramilitaires dans les régions de l’Est, du Sud-ouest et du Nord.