Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

SOCIETE

L’Aïd el-Kébir ou la fête de la Tabaski a été célébrée ce mardi 21 aout 2018 par la communauté musulmane du Burkina Faso.  C’est l’adjoint du grand imam de la grande mosquée de Ouagadougou, Adama Zoungrana  qui a dirigé la prière à la place de la nation qui a précédé au sacrifice du mouton. 

Les fidèles musulmans venus massivement des quatre coins de la capitale burkinabè ont sacrifié à la tradition. Après la prière des deux rakats, l’imam Zoungrana a procédé à l’immolation du mouton. Cette fête, selon les adeptes de l’Islam, commémore l'asservissement d'Ibrahim (Abraham) à Dieu qui lui a ordonné de sacrifier son fils Ismaël (Isaac). Face à la foi d’Ibrahim, Dieu fit remplacer son fils par un bélier blanc. C’est donc dans cet esprit que les musulmans du monde entier célèbrent la Tabaski, qui signifie littéralement la grande fête.

En dehors de cet aspect spirituel, ce jour est également un jour de partage pour les musulmans.  « C’est également un jour de joie et de partage pour les musulmans » a fait savoir  El Hadj, Atimi Démé, 2e vice-président de la Communauté musulmane.  Et le partage du mouton immolé doit se faire   se faire en trois parts : la première pour la famille, la deuxième pour les relations et la troisième pour la société. 

Le célébrant du jour, imam Zoungrana tout en invitant les musulmans à respecter strictement les principes cardinaux de l’islam, a demandé à ces derniers de prier pour la paix, la cohésion sociale  et la sécurité du peuple burkinabè. La prière de l’Aïd el-Kébir a été placée cette année sous le signe de la concorde nationale. Dans cette optique, la communauté musulmane a invité les adeptes des autres religions à être solidaire et à privilégier le dialogue inter-religieux.

Siméon Sawadogo, ministre de l’Administration territoriale en charge des cultes,  à la tête d’une délégation gouvernementale est venu communier avec les musulmans :  « nous sommes venus au nom du gouvernement  pour témoigner notre solidarité à  nos frères musulmans à l’occasion de cette grande fête de la Tabaski. Cette fête est très importante pour les musulmans parce qu’au moment où nous la fêtons nous avons pratiquement 8143 pèlerins qui sont à la Mecque et qui prient en même temps. Nous avons été honorés et satisfaits d’entendre toutes les bénédictions à l’endroit de notre pays et nous pensons que ces bénédictions ont déjà été acceptées par Dieu » a-t-il dit.

En plus de la délégation gouvernementale, étaient présents comme à chaque année : les représentants de l’Eglise Catholique.

 

 

 

 

 

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé