Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

SOCIETE

Le «Business Professional Women» du Burkina (BPW), le club des femmes professionnelles des carrières libérales et commerciales, a organisé, le samedi 14 juillet dernier à Ouagadougou, sa «cérémonie de bougie». L’objectif étant de permettre aux membres de réaffirmer leur détermination à «épouser» les principes de BPW international et, en même temps, célébrer l’affiliation du club BPW «Ouaga solidarité». 

BPW est une structure internationale regroupant de nombreux clubs dans le monde entier. Il s’agit d’un réseau de femmes de nationalités et de plusieurs continents œuvrant pour la paix et le développement dans le monde.

Depuis 2002, année à laquelle elle a été portée sur les fonts baptismaux au Burkina Faso, cette association œuvre pour la promotion de la femme sur tous les aspects. Selon la présidente fondatrice de BPW Burkina,  Rasmata Kabré, l'idée de créer ce club au Burkina Faso a germé d’un voyage qu’elle a effectué en Suisse. «J’ai eu connaissance de BPW depuis 1998 et lorsque j’ai été en Suisse, le bureau international m’a demandé si je pouvais créer BPW au Burkina. Et, c’est en 2002 que nous avons pu créer BPW au Burkina Faso», relate-t-elle.

La rencontre de samedi portait sur la célébration de l’affiliation le 18 mai 2018 du club «BPW Ouaga solidarité» à BPW international. A cette occasion, la présidente du club, Claire Marie Kaboré, s’est montrée ravie. «Ce n’est pas tous les clubs qui sont acceptés» s’est-elle réjouie.

BPW a pour vision d'amener les femmes à conjuguer leurs efforts pour travailler ensemble afin de booster beaucoup de choses dans le domaine de la formation pour avoir des financements. Cette association, qui est non gouvernementale et apolitique, lutte pour la promotion de la femme burkinabè.  

D’après la présidente fondatrice, Rasmata Kabré, il existe une collaboration entre son association et le ministère en charge de la Femme. Egalement, l’association compte élaborer des projets pour les soumettre au ministère du Commerce et à la Chambre de commerce afin de  pouvoir soutenir les initiatives des femmes.

Cet ensemble de femmes éprises de liberté d’actions et liées par des idéaux de paix et de développement détient plusieurs projets en vue de l’autonomisation des femmes et la promotion de l’égalité des sexes, essentielles pour atteindre les Objectifs de développement durables (ODD).

Il s’agit de la promotion de entrepreneuriat féminin, du soutien aux entreprises détenues par des femmes en leur ouvrant de nouveaux marchés; de la promotion de l’éducation des filles; de la campagne d’égalité salariale et du lobbying pour que les femmes soient dans les sphères de prise de décision, et enfin l’autonomisation des femmes dans la campagne.

Ce rassemblement de femmes professionnelles soutient que BPW est «la plus grande et la plus importante organisation de femmes dans les affaires et les professions dans le monde». BPW Burkina est composée de trois club à savoir BPW Burkimbi, BPW essor et BPW Ouaga solidarité.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé