Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

SOCIETE

Après la coordination des comités CGT-B de la CNSS qui dénonçait le mercredi 4 juillet dernier, l’admission de l’épouse, de la nièce et du neveu du Directeur des ressources humaines au recrutement externe de personnel au profit de la Caisse nationale de sécurité sociale, c’est autour des candidats malheureux audit test, de donner de la voix pour décrier un conflit d’intérêt dans ledit recrutement. Face à ce qu’ils qualifient de «magouille», lesdits candidats entendent protester les jours à venir. Nous avons rencontré deux d’entre eux.


Issa Siénou, candidat malheureux
«L’un des syndicats de la CNSS même nous a devancé sur cette affaire parce qu’il y a vraiment trop de magouilles. Il faut que les responsables de cette institution songent à faire des enquêtes sinon, annuler ce recrutement et le reprendre. Parce que ce n’est pas la peine de parler de tirage au sein de l’ANPE alors qu’ils connaissent déjà les personnes retenues. Nous estimons que la CNSS appartient à tous les Burkinabè. Et selon nos informations, ce n’est pas la première fois. Même la gérante du maquis dans lequel les responsables en question boivent au quartier Tampouy, a été admise l’année dernière à ce même recrutement. Et ce n’est pas le seul exemple.»

Bazié Felix, candidat malheureux
«C’est comme si un poisson sort de l’eau et viens dire que la dent du caïman est cassée. Toi qui es dehors tu ne peux que croire. On a composé et n'eût été la manifestation  des syndicats de la boite même, nous on  ne pouvait pas croire qu’il y avait fraude. Mais ceux-là même qui sont ensemble dans l’institution disent que ce n’est pas clair. Des gens avant même la composition se rassurait des résultats. Et ce sont les noms de ces mêmes personnes qui étaient alignés pendant que les nôtres était sur la liste d’attente. Mais on ne pouvait pas se plaindre par manque de preuves. C’est donc Dieu qui a fait notre palabre. Certains candidats même disaient que leur maman ou leur sœur travaille au sein du service et qu’ils sont sûrs d’être admis. La veille des résultats, alors que les résultats n’étaient même pas encore affichés, il y a un candidat qui est allé à l’ANPE et qui nous a fait comprendre que c’est sa maman qui est caissière au siège de  la CNSS et qui l’a appelé lui dire que les résultats étaient sortis. Il ne faut pas que la CNSS pense que cette lutte qui a commencé s’arrêtera tant que les choses ne s’arrangent pas. Qu’ils annulent les résultats et reprendre le test pour que les meilleurs gagnent sinon cette lutte ne finira pas.»

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé