Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Ce mardi 10 juillet 2018 a marqué la fin de la Formation initiale des officiers (FIO) des sapeurs-pompiers session 2018 de la 6ème promotion de l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC). Débuté le 10 février dernier, le stage FIO session 2018 s’est déroulé en 5 mois avec pour objectif de faire des officiers issus des académies militaires africaines, des cadres du métier des sapeurs-pompiers.


Au nombre de 24, ces officiers stagiaires issus de 16 pays d’Afrique, ont durant 21 semaines, suivi des formations qui se sont déroulées en plusieurs phases dont le chef de garde d’incendie. Phase durant laquelle les cours se sont déroulés sur le leadership, l’organisation et la gestion du service de garde ainsi que le fonctionnement de la chaine logistique et transmissions lors des opérations importantes. Ces différentes phases ont été sanctionnées par des évaluations certificatives qui ont conduits à 92% de taux de réussite. Et, c’est le sous-lieutenant Pawindé Edouard Savadogo qui sort major de cette 6ème promotion avec une moyenne de 16,42/20.

Mais, 22 stagiaires sur les 24 sont aptes à remplir les fonctions de chefs de garde incendie et «peuvent dès lors être engagés dans les différentes interventions» précise le directeur de cours, le Capitaine Médard Ernest Bomba Etoundi qui exhorte ceux qui n’ont pas rempli les conditions d’obtention du certificat de chef de garde incendie à redoubler d’effort afin de l’obtenir prochainement.
Cette formation permettra à ces futures chefs de garde d’incendie et de secours en unité d’incendie, d’occuper les fonctions opérationnelles et administratives inhérentes à leur niveau de formation. Leurs parchemins en main, ils pourront dès lors servir avec efficacité dans leurs pays respectifs et partout où le devoir les appellera. Et le major de la promotion, animé par un sentiment de joie, dit se mettre à la disposition de la population de son pays, une chose qui est le but même de cette formation. «Etre à mesure de venir au secours de tous ceux qui seront dans le besoin. Mettre tout en œuvre pour que le domaine de la protection civile soit fortifiée et que la souffrance des uns et des autres diminuent», confie le sous-lieutenant Savadogo.

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo, par ailleurs président de la cérémonie, à l’endroit des lauréats, a réitéré ses encouragements et ses souhaits pour une carrière fructueuse. 17ème école nationale à vocation régionale à voir le jour en Afrique, l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC) a pour vocation entre autres, de former le personnel des services de protection civile à la gestion des risques, former les acteurs publics et privés participants aux missions de protection civile des Etats d’Afrique.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé