Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

SOCIETE

En prélude à la Journée mondiale des réfugiés (JMR) célébrée chaque 20 juin, le  Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), section Burkina, en collaboration avec le gouvernement burkinabè a tenu ce mardi 19 juin à Ouagadougou une conférence de presse. L’objectif était de partager avec les hommes de media les informations relatives à la situation des réfugiés dans le monde et ceux vivant au Burkina Faso en particulier.

Dans son rapport statistique annuel global rendu public ce mardi, l’agence des Nations unies pour les réfugiés dénombre 68,5 millions de personnes déracinées en fin 2017 soit plus de 3 millions de personnes de plus qu’en 2016. «Ceci montre que c’est environ 44 500 personnes qui sont déracinées par jour ou une personne toutes les deux secondes. Le plus alarmant encore, c’est que parmi ces personnes déracinées et vulnérables 55% sont des enfants» a précisé Ioli Kimyaci, la représentante du HCR au Burkina.

Au Burkina Faso, aux dires de la représentante HCR, à la date du 31 mai 2018, 24 248 individus majoritairement constitués de maliens bénéficient de l’asile, de l’assistance et de la protection de l’Etat burkinabè et du HCR. Récemment, poursuit-elle, avec les tensions intercommunautaires au centre du Mali, près de 4500 nouveaux demandeurs d’asile maliens et des Burkinabè qui vivaient au Mali ont été accueillis dans les régions du Nord et de la Boucle du Mouhoun.

Pour le HCR, le 20 juin est une journée d’hommage à ces personnes qui ont été contraintes de fuir leur pays pour trouver refuge sur un autre territoire. Cette année, plusieurs activités sont programmées afin de manifester une solidarité envers les réfugiés. 

L’édition 2018 de la journée mondiale des refugiés a débuté le dimanche 17 juin dernier par un match de football opposant des réfugiés à des journalistes. A cela, s'ajoutent la cérémonie officielle de la Journée, une émission dénommée spéciale journée mondiale des réfugiés, une journée portes ouvertes sur la protection des réfugiés et une exposition vente d’articles artisanaux faits par les réfugiés.

L’innovation majeure de cette édition 2018, à entendre le secrétaire permanent de la Commission nationale pour les réfugiés (Conaref), Joseph Paré, c’est le décernement de 3 prix pour les artisans les plus méritants. L’objectif de ces prix est d’encourager entrepreneuriat et la créativité de ces artisans. «Nous travaillons à ce que ces réfugiés soient autonomes pendant leur séjour au Burkina Faso. Nous encourageons vraiment tout ce qui relève de l’intégration locale, de leur insertion sociale dans la vie courante au Burkina Faso» a conclu le secrétaire permanent.