Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019

SOCIETE

Le Certificat d’étude primaire (CEP), session 2018,  a débuté ce mardi 19 juin 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Cette année, ils sont plus de 388 000 candidats à composer les épreuves du premier examen scolaire. Le top départ été donné officiellement ce mardi matin par le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro à l’école primaire publique de Sonré dans la circonscription d’éducation de base de Komsilgha (Province du Kadiogo).

L’examen a commencé avec l’épreuve de rédaction. « Tu as déjà assisté à une fête. Raconte » tel a été le contenu du sujet soumis simultanément à l’ensemble des candidats.

« Je voudrais d’abord féliciter le corps enseignant, qui malgré la crise que le Mena a connu a travaillé d’arrache-pied pour que ces examens se tiennent à bonne date en respectant le nouveau calendrier (…) Je voudrais aussi féliciter tous les acteurs du système éducatif qui travaillent également dans l’organisation de  ces examens que nous avons lancé. Je voudrais rassurer les parents d’élèves de notre pays  que tout est mis en œuvre pour que cette session se passe dans les bonnes conditions » a fait savoir le ministre Ouaro.

Plusieurs élèves de la partie nord du pays (Région du Sahel et du Nord) ne prendront pas part à cette session du CEP à cause  la menace terroriste qui a perturbé le déroulement normal des cours dans ces régions. « Pour ces élèves, un dispositif spécial est en train d’être mis en œuvre de façon à ce qu’ils puissent recevoir des cours sur une période donnée afin de prendre part à une session spéciale de l’examen », a laissé entendre le ministre en charge de l’éducation nationale.

Pour cette session 2018 du CEP, les candidats sont au nombre 388.897 dont 305 en situation de handicap. Ils sont répartis dans 594 jurys pour un total de 1843 centres de compositions. Le CEP va se dérouler du 19 au 28 juin prochain.

 

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé