Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Le Certificat d’étude primaire (CEP), session 2018,  a débuté ce mardi 19 juin 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Cette année, ils sont plus de 388 000 candidats à composer les épreuves du premier examen scolaire. Le top départ été donné officiellement ce mardi matin par le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro à l’école primaire publique de Sonré dans la circonscription d’éducation de base de Komsilgha (Province du Kadiogo).

L’examen a commencé avec l’épreuve de rédaction. « Tu as déjà assisté à une fête. Raconte » tel a été le contenu du sujet soumis simultanément à l’ensemble des candidats.

« Je voudrais d’abord féliciter le corps enseignant, qui malgré la crise que le Mena a connu a travaillé d’arrache-pied pour que ces examens se tiennent à bonne date en respectant le nouveau calendrier (…) Je voudrais aussi féliciter tous les acteurs du système éducatif qui travaillent également dans l’organisation de  ces examens que nous avons lancé. Je voudrais rassurer les parents d’élèves de notre pays  que tout est mis en œuvre pour que cette session se passe dans les bonnes conditions » a fait savoir le ministre Ouaro.

Plusieurs élèves de la partie nord du pays (Région du Sahel et du Nord) ne prendront pas part à cette session du CEP à cause  la menace terroriste qui a perturbé le déroulement normal des cours dans ces régions. « Pour ces élèves, un dispositif spécial est en train d’être mis en œuvre de façon à ce qu’ils puissent recevoir des cours sur une période donnée afin de prendre part à une session spéciale de l’examen », a laissé entendre le ministre en charge de l’éducation nationale.

Pour cette session 2018 du CEP, les candidats sont au nombre 388.897 dont 305 en situation de handicap. Ils sont répartis dans 594 jurys pour un total de 1843 centres de compositions. Le CEP va se dérouler du 19 au 28 juin prochain.