Aujourd'hui,
URGENT
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire

SOCIETE

Un séminaire de sensibilisation au profit des journalistes a été organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (Cil) le 14 juin 2018 à Ouagadougou. Cette formation placée sous le haut  patronage du ministre de la Communication, Chargé des relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement sous le thème «Journalisme et protection des données personnelles et la vie privée des citoyens», visait à outiller les hommes et femmes des médias, sur le maniement des données personnelles et privées des citoyens.


L’Objectif de ce séminaire selon Marguerite Ouédraogo/Bonané, présidente de la Cil, est de former les journalistes sur les enjeux de la protection des données personnelles  et la vie privée des citoyens prévue par la loi 010-2004 /AN du 20 avril 2004 portant protection des données à caractère personnel au Burkina Faso. «A travers ce séminaire, la Cil se donne l’ambition de créer un partenariat avec les braves femmes et hommes des médias afin que par leurs publications, cette nouvelle règlementation qu’est la protection des données à caractère personnel et de la vie privée, soit bien appréhendée par le peuple burkinabè», foi de Mme Ouédraogo.

Représenté par Hortense Zida, secrétaire générale  du ministère de la communication, le ministre Rémi Dandjinou a laissé entendre qu’on ne peut nier aujourd’hui l’impact de l’internet et des réseaux sociaux sur le vécu quotidien des populations. «En effet, ces outils ont été créé pour faciliter une communication rapide entre les hommes à travers le monde… cependant au-delà des avantages, la mauvaise utilisation du net et des réseaux sociaux est devenue un phénomène très inquiétant et tout ceci donne du sens à cette action de la CIL», affirme le ministre de la Communication.

Tour à tour, les journalistes ont eu droit aux interventions du secrétaire général de la Cil, de Sié Maxime Da, directeur technique et commissaire à la Cil, du docteur Seydou Dramé, journaliste, juriste, également commissaire à la Cil et du directeur général de la police nationale. Les interventions ont portées respectivement sur la sécurité des systèmes d’informations et enjeux liés à la protection des données personnelles ; la liberté de la presse, protection des données personnelles et de la vie privée, quel enjeux à l’ère du numérique et la contribution de la police nationale à la lutte contre la cybercriminalité et la protection des personnes à l’égard du traitement de leurs données personnelles au Burkina.

Chacun des intervenants a apporté des éclaircissements sur les règles de conduite  que le journaliste doit tenir pour préserver ses propres données, éviter  d’être victimes de malfrats ou de la cybercriminalité et de connaitre ses limites dorénavant dans le cadre de la diffusion de l’information. «L’Atteinte à la vie privée est sanctionnée au plan pénal et nul ne déroge à la règle», insiste le Dr Seydou Dramé. «Il faut suivre simplement les règles de bonne conduite en évitant de visiter des sites malveillants  et ne pas utiliser des outils qui ne sont pas recommander», conseille Sié Maxime Da.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé