Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

SOCIETE

Un séminaire de sensibilisation au profit des journalistes a été organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (Cil) le 14 juin 2018 à Ouagadougou. Cette formation placée sous le haut  patronage du ministre de la Communication, Chargé des relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement sous le thème «Journalisme et protection des données personnelles et la vie privée des citoyens», visait à outiller les hommes et femmes des médias, sur le maniement des données personnelles et privées des citoyens.


L’Objectif de ce séminaire selon Marguerite Ouédraogo/Bonané, présidente de la Cil, est de former les journalistes sur les enjeux de la protection des données personnelles  et la vie privée des citoyens prévue par la loi 010-2004 /AN du 20 avril 2004 portant protection des données à caractère personnel au Burkina Faso. «A travers ce séminaire, la Cil se donne l’ambition de créer un partenariat avec les braves femmes et hommes des médias afin que par leurs publications, cette nouvelle règlementation qu’est la protection des données à caractère personnel et de la vie privée, soit bien appréhendée par le peuple burkinabè», foi de Mme Ouédraogo.

Représenté par Hortense Zida, secrétaire générale  du ministère de la communication, le ministre Rémi Dandjinou a laissé entendre qu’on ne peut nier aujourd’hui l’impact de l’internet et des réseaux sociaux sur le vécu quotidien des populations. «En effet, ces outils ont été créé pour faciliter une communication rapide entre les hommes à travers le monde… cependant au-delà des avantages, la mauvaise utilisation du net et des réseaux sociaux est devenue un phénomène très inquiétant et tout ceci donne du sens à cette action de la CIL», affirme le ministre de la Communication.

Tour à tour, les journalistes ont eu droit aux interventions du secrétaire général de la Cil, de Sié Maxime Da, directeur technique et commissaire à la Cil, du docteur Seydou Dramé, journaliste, juriste, également commissaire à la Cil et du directeur général de la police nationale. Les interventions ont portées respectivement sur la sécurité des systèmes d’informations et enjeux liés à la protection des données personnelles ; la liberté de la presse, protection des données personnelles et de la vie privée, quel enjeux à l’ère du numérique et la contribution de la police nationale à la lutte contre la cybercriminalité et la protection des personnes à l’égard du traitement de leurs données personnelles au Burkina.

Chacun des intervenants a apporté des éclaircissements sur les règles de conduite  que le journaliste doit tenir pour préserver ses propres données, éviter  d’être victimes de malfrats ou de la cybercriminalité et de connaitre ses limites dorénavant dans le cadre de la diffusion de l’information. «L’Atteinte à la vie privée est sanctionnée au plan pénal et nul ne déroge à la règle», insiste le Dr Seydou Dramé. «Il faut suivre simplement les règles de bonne conduite en évitant de visiter des sites malveillants  et ne pas utiliser des outils qui ne sont pas recommander», conseille Sié Maxime Da.