Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Selon le Forum des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest à travers la plateforme du Burkina Faso (Foscao-BF), « les gouvernements ont besoin d’élaborer des stratégies de développement qui mettent la lutte contre les inégalités économiques en avant et au centre de leurs programmes». A cet effet, le Foscao-BF a organisé un atelier à l’issue duquel il a animé une conférence de presse. C’était le vendredi 23 décembre 2016 à Ouagadougou.


« Dans beaucoup de pays en développement, l’inégalité économique empêche que la croissance réduise la pauvreté et réalise une prospérité partagée. La hausse dangereuse des niveaux d’inégalités nuit au développement et à la croissance et mine la réduction de la pauvreté. En Afrique subsaharienne, l’écart entre riches et pauvres est en seconde position seulement après l’Amérique latine et les bénéfices de la croissance sont engrangés trop souvent principalement par une petite minorité. Sept des pays les plus inégalitaires au monde se trouvent en Afrique et un tiers des pays africains voient de plus en plus d’inégalité », a constaté le Forum.

Plusieurs questions ont  donc été posées pendant cet atelier. Les gouvernements font-ils suffisamment d’efforts pour percevoir les impôts par rapport à leur potentiel? Les gouvernements conçoivent-ils et veulent-ils que leurs systèmes fiscaux soient progressifs ? Les gouvernements collectent-ils des impôts qui ont un impact progressif ? Des représentants des OSC actives et des institutions étatiques de 15 pays membre de la Cedeao se sont penchés deux jours durant sur ces questions et formulé des recommandations.

Le Foscao-BF interpelle les Burkinabè au civisme fiscal, les OSC à être des acteurs de lutte contre l’incivisme fiscal, toute la population à développer la pratique de recevabilité, au renforcement du système de recouvrement et à l’instauration des contrats de bail.

Par ailleurs, le Foscao-BF appelle à l’intensification des contrôles pour permettre le paiement des impôts sur les salaires, la suppression des discriminations dans l’imposition des sociétés en évitant l’institution de taux réduit, l’autonomisation des régies de recettes (douane, trésor public et les impôts) par la création d’un organe indépendant détaché du politique, à faire une étude pour identifier les vrais propriétaires pour une transparence dans leur gestion, instituer un impôt général par le revenu des personnes physiques pour une imposition juste, instituer un taux réduit de TVA sur les produits de grande consommation, réduire les niches fiscales en fiscalisant certains secteurs comme l’agriculture, renforcer les mesures de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale.


Abel Azonhandé