Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

SOCIETE

Selon le Forum des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest à travers la plateforme du Burkina Faso (Foscao-BF), « les gouvernements ont besoin d’élaborer des stratégies de développement qui mettent la lutte contre les inégalités économiques en avant et au centre de leurs programmes». A cet effet, le Foscao-BF a organisé un atelier à l’issue duquel il a animé une conférence de presse. C’était le vendredi 23 décembre 2016 à Ouagadougou.


« Dans beaucoup de pays en développement, l’inégalité économique empêche que la croissance réduise la pauvreté et réalise une prospérité partagée. La hausse dangereuse des niveaux d’inégalités nuit au développement et à la croissance et mine la réduction de la pauvreté. En Afrique subsaharienne, l’écart entre riches et pauvres est en seconde position seulement après l’Amérique latine et les bénéfices de la croissance sont engrangés trop souvent principalement par une petite minorité. Sept des pays les plus inégalitaires au monde se trouvent en Afrique et un tiers des pays africains voient de plus en plus d’inégalité », a constaté le Forum.

Plusieurs questions ont  donc été posées pendant cet atelier. Les gouvernements font-ils suffisamment d’efforts pour percevoir les impôts par rapport à leur potentiel? Les gouvernements conçoivent-ils et veulent-ils que leurs systèmes fiscaux soient progressifs ? Les gouvernements collectent-ils des impôts qui ont un impact progressif ? Des représentants des OSC actives et des institutions étatiques de 15 pays membre de la Cedeao se sont penchés deux jours durant sur ces questions et formulé des recommandations.

Le Foscao-BF interpelle les Burkinabè au civisme fiscal, les OSC à être des acteurs de lutte contre l’incivisme fiscal, toute la population à développer la pratique de recevabilité, au renforcement du système de recouvrement et à l’instauration des contrats de bail.

Par ailleurs, le Foscao-BF appelle à l’intensification des contrôles pour permettre le paiement des impôts sur les salaires, la suppression des discriminations dans l’imposition des sociétés en évitant l’institution de taux réduit, l’autonomisation des régies de recettes (douane, trésor public et les impôts) par la création d’un organe indépendant détaché du politique, à faire une étude pour identifier les vrais propriétaires pour une transparence dans leur gestion, instituer un impôt général par le revenu des personnes physiques pour une imposition juste, instituer un taux réduit de TVA sur les produits de grande consommation, réduire les niches fiscales en fiscalisant certains secteurs comme l’agriculture, renforcer les mesures de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale.


Abel Azonhandé

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé