Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Le Syndicat autonome des magistrats du Burkina (Samab) tient son 12ème congrès ordinaire ce vendredi 1er juin 2018 à Ouagadougou. Les participants devront passer en revue les règles relatives au fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature, les confronter à la réalité de la justice en général et de la magistrature en particulier. Ils devront aussi renouveler le bureau exécutif à la fin des travaux.

Le présent congrès invite les magistrats et les participants à réfléchir sur l’avenir du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) à travers le thème «la réforme du Conseil supérieur de la magistrature: bilan et perspectives».

Réfléchir sur la réforme du CSM, aux dires du secrétaire général du Syndicat des magistrats du Burkina (SMB), Christophe Compaoré, devrait permettre aux participants de faire l’état des lieux en relation avec les normes internationales. Cet état des lieux, poursuit-il, devra leur permettre de s’interroger sur d’autres aspects au regard des exigences «d’un système judiciaire véritablement indépendant», pilier essentiel de l’Etat de droit et d’identifier des mécanismes nécessaires à son meilleur fonctionnement en vue de rendre à cet organe toutes ses lettres de noblesse. 

Et pour le secrétaire général du Samab sortant, Antoine Kaboré, ce 12ème congrès ordinaire se déroule au moment où les Burkinabè en général et les acteurs judiciaires en particulier réclament que la règle de droit soit au centre de leurs actions. «L’institution judiciaire a connu des reformes substantielles ces dernières années. Ces transformations doivent nécessairement nous amener à mesurer l’étendue de nos responsabilités et à nous engager dans le respect de la loi» a dit le Sg sortant.

Pour lui, c’est avec satisfaction qu’il affirme qu’après l’adoption des textes sur la magistrature, ses camarades et lui ont pu opérationnaliser un ensemble d’outil qui leur permettent d’assumer de façon conséquente leur indépendance. Il s’agit notamment du fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature avec l’existence d’un secrétariat permanent, entre autres.

Le Sg du SMB, Christophe Compaoré a, par ailleurs, invité les congressistes à garder à l’esprit que l’indépendance n’est ni une fin en soi, ni un privilège accordé aux magistrats, elle est un moyen de garantir aux justiciables l’impartialité de leurs juges en soustrayant ceux-ci aux influences extérieures.

A l’issue de ce congrès, selon le Sg sortant du Samab, Antoine Kaboré, c’est dans un «esprit démocratique» que le comité exécutif sera renouvelé afin de présider aux destinées de leur syndicat. Pendant quatre ans, le nouveau bureau devra montrer ses preuves et pouvoir engranger d’autres acquis pour l’institution judiciaire. «Pendant ces quatre années passées, nous avons pu faire avancer la cause de la magistrature et aujourd’hui, tout le monde sait que la justice a acquis un certain nombre d’espace de liberté que nous devons travailler à faire avancer» se réjouit Antoine Kaboré, le Sg du Samab sortant.

 

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé