Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

SOCIETE

Dans ce communiqué, la Commission de l'informatique et des libertés (Cil) informe les populations que l'installation des vidéosurveillances obéit à des lois et que toute personne avant de l'installer doit impérativement saisir ses services techniques. Pour vérifier la conformité de ces installations, la Cil a annoncé que des contrôles inopinés sont en cours et s'étendront sur toute l'étendue du territoire national. 

"Il nous a été donné de constater, malgré la diffusion de plusieurs communiqués ainsi que les nombreuses campagnes de sensibilisation, que certaines personnes procèdent à une installation anarchique de système de vidéosurveillance au mépris total des textes réglementaires en la matière.

La Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL) rappelle à l’opinion publique nationale que, conformément à la loi 010/AN du 20 avril 2004, l’installation et la mise en service du système de la vidéosurveillance au sein des sociétés ou des entreprises doivent faire l’objet d’une saisine préalable de ses services techniques en vue de se faire délivrer un récépissé de déclaration de traitement.

Par ailleurs, la loi 010-2004/AN du 20 avril 2004 fait obligation à tout utilisateur du système de vidéosurveillance d’installer des pictogrammes pour informer les usagers de la présence de ce système de collecte de données sur son site. Le non-respect de cette disposition constitue une infraction et est passible de sanctions conformément à ladite loi.

Aussi, la CIL informe tous les utilisateurs de cette méthode de surveillance que des contrôles inopinés sont en cours et s’étendront sur toute l’étendue du territoire national. 

Notre ambition : « protéger les données personnelles et la vie privée des citoyens burkinabè et de toutes autres personnes vivant sur le territoire national»."

DCRP/CIL