Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Dans ce communiqué, le ministère en charge de la Solidarité nationale et de la Famille indique que des opérations seront bientôt menées pour mettre fin à l’utilisation des enfants comme mendiant. La ministre, au regard des textes, estime que « la présence des enfants dans la rue, est répréhensible ».

"Le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, en tant que département en charge de la protection des droits des enfants, est préoccupé par l’ampleur que prend le phénomène des enfants et des jeunes en situation de rue au Burkina Faso.

Des enquêtes menées par les services compétents, il ressort que la première occupation des enfants dans la rue est la mendicité avec 4 226 cas récencés soit 46,6 % de la population cible. En outre, les statistiques révèlent que 10% de l’effectif total soit 897 enfants âgés de 0 à 5 ans, sont généralement utilisés par des mères pour mener la mendicité.

Au regard de cette situation inquiétante qui met en péril la santé, l’éducation et le bien –être des enfants, la ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille voudrait rappeler que, conformément aux lois et textes en vigueur, la présence des enfants dans la rue, est répréhensible.

Au nombre de ces dispositions règlementaires interdisant la mendicité, on peut citer :

- Le code pénal ;

la loi n°029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilés ;

- La loi n°11/64/AN du 29 juillet 1964 portant règlementation de la circulation des mineurs, de leur fréquentation dans les débits de boissons, bars-dancing, salles de cinéma et de spectacles ;

- Le décret n°2016-504/PRES/PM/MFPTPS/MS/MFSNF du 09 juin 2016 portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants.

Il est plus que jamais urgent de veiller au strict respect de ces dispositions.

Le ministère saisit l’occasion pour inviter les parents à s’investir davantage dans l’éducation et l’encadrement des enfants et à faire de nos familles, des socles forts de notre société.

Dans les prochains jours, des actions vigoureuses seront entreprises pour le respect strict de la réglementation, et ce, de concert avec les autres acteurs concernés.

Aussi, l’opinion publique est-elle invitée à jouer son rôle déterminant de veille pour accompagner la volonté des pouvoirs publics à mettre un terme à ce fléau qui compromet l’avenir de nos enfants."

Marie Hélène Laurence Ilboudo / Marchal,

ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille