Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

SOCIETE

Dans ce communiqué, le ministère en charge de la Solidarité nationale et de la Famille indique que des opérations seront bientôt menées pour mettre fin à l’utilisation des enfants comme mendiant. La ministre, au regard des textes, estime que « la présence des enfants dans la rue, est répréhensible ».

"Le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, en tant que département en charge de la protection des droits des enfants, est préoccupé par l’ampleur que prend le phénomène des enfants et des jeunes en situation de rue au Burkina Faso.

Des enquêtes menées par les services compétents, il ressort que la première occupation des enfants dans la rue est la mendicité avec 4 226 cas récencés soit 46,6 % de la population cible. En outre, les statistiques révèlent que 10% de l’effectif total soit 897 enfants âgés de 0 à 5 ans, sont généralement utilisés par des mères pour mener la mendicité.

Au regard de cette situation inquiétante qui met en péril la santé, l’éducation et le bien –être des enfants, la ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille voudrait rappeler que, conformément aux lois et textes en vigueur, la présence des enfants dans la rue, est répréhensible.

Au nombre de ces dispositions règlementaires interdisant la mendicité, on peut citer :

- Le code pénal ;

la loi n°029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilés ;

- La loi n°11/64/AN du 29 juillet 1964 portant règlementation de la circulation des mineurs, de leur fréquentation dans les débits de boissons, bars-dancing, salles de cinéma et de spectacles ;

- Le décret n°2016-504/PRES/PM/MFPTPS/MS/MFSNF du 09 juin 2016 portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants.

Il est plus que jamais urgent de veiller au strict respect de ces dispositions.

Le ministère saisit l’occasion pour inviter les parents à s’investir davantage dans l’éducation et l’encadrement des enfants et à faire de nos familles, des socles forts de notre société.

Dans les prochains jours, des actions vigoureuses seront entreprises pour le respect strict de la réglementation, et ce, de concert avec les autres acteurs concernés.

Aussi, l’opinion publique est-elle invitée à jouer son rôle déterminant de veille pour accompagner la volonté des pouvoirs publics à mettre un terme à ce fléau qui compromet l’avenir de nos enfants."

Marie Hélène Laurence Ilboudo / Marchal,

ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé