Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin

SOCIETE

Trois assaillants abattus, un assaillant capturé et plusieurs armements récupérés. Tel est le bilan de l’opération menée ce 22 mai 2018 dans le quartier Ragnongo (Arrondissement 11 de Ouagadougou) par l’Unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale en vue de déloger des présumés terroristes.

Selon le bilan officiel fourni  par le ministère de la sécurité, trois assaillants ont été abattus, un a été capturé. Coté Forces de sécurités,  quatre éléments ont été blessés et un gendarme blessé a succombé à ses blessures. Les tirs ont également fait 2 blessés cotés civils. 

L’opération menée a permis de récupérer plusieurs armements. 

- 3 fusils AK 47;

- 2 pistolets automatiques;

- 1 fusil mitrailleurs PKMS;

- Des explosifs, des cordons détonants et des détonateurs;

- Un obus transformé, une grenade;

- Des effets d'habillement militaire (tenue terre du Burkina)

- Des téléphones portables, de nombreuses puces de téléphone et un cahier avec des écritures en arabe.

 

Source : service de communication de la gendarmerie nationale et ministère de la Sécurité