Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

En droite ligne avec son positionnement de partenaire important de la transformation numérique au Burkina, Orange offre aux journalistes, une initiation sur le Mobile Journalism (MoJo). Ladite formation sur cette nouvelle forme de journalisme apparue avec l’évolution du mobile et du numérique s’est déroulée le 16 mai 2018 à Ouagadougou.


Nous sommes dans un monde dans lequel tout va vite et le journaliste est en mouvement pour chasser l’information. Face à la transformation numérique à laquelle les hommes des médias sont confrontés, Orange en tant que société pourvoyeur de l’innovation au Burkina n’entend pas rester en marge. D’où la formation d’une quarantaine de journalistes venant des quatre coins du Burkina Faso en Mobile Journalism qui se fait à l’aide du téléphone et de la connexion internet. Toute chose qui apportera de la performance dans le traitement et la diffusion de l’information.

En effet face à la rude concurrence des réseaux sociaux, cette formation permettra aux journalistes, de produire un contenu multimédia et le diffuser ou le publier sur internet en un temps record. Selon Romaine Raïssa Zidouemba, journaliste et formatrice, la différence entre le MoJo et le Journalisme reporter d’images est que le MoJo permet de diffuser sur internet la production directement sur le terrain de reportage. «Le MoJo exploite les potentialités qu’offrent les médias classiques, notamment la télévision, la radio, la presse écrite en utilisant l’image, la vidéo, le son et le texte pour produire un contenu. Les avantages du MoJo sont multiples. Il est simple parce que le journaliste connaissant son Smartphone, n’a qu’à mettre en pratique sa connaissance professionnelle qu’il diffuse ou publie en temps réel et il est à moindre coût», affirme Mme Zidouemba.

Pour  Abdramane Diallo, Directeur Marketing Orange Burkina, le métier de journaliste a besoin d’être en réel et en direct. «Cette session permettra donc aux hommes des médias de faire un travail journalistique professionnel et de le rendre à travers le mobile», soutient M. Diallo. Pour une première dans le milieu des téléphonies mobiles au Burkina, l’ensemble des participants aussi attentifs durant la formation qu’ils ont été, disent être satisfaits de cette nouvelle notion acquise et souhaitent qu’elle soit permanente et élargie à d’autres journalistes sur l’ensemble du territoire national. «Au-delà des médias classiques, la pratique du MoJo est très simple parce qu’il nécessite moins d’équipement sur le terrain et ça réduit le temps de traitement de l’information. C’est donc une formation qui est la bienvenue et nécessite d’être partagée», témoigne Alain Didier Compaoré, journaliste à la Radiodiffusion télévision du Burkina.

L’occasion a été également saisie par les responsables de Orange Burkina  Faso pour partager les informations sur l’actualité de l’entreprise, les produits et services et les besoins d’éducation de la population. En effet, installé au Burkina depuis le 22 juin 2016, Orange a lancé officiellement ses activités le 16 mars 2017 et compte déjà plus de 8 000.000 abonnés. Leader de l’innovation au Burkina, Orange entend mettre à profit son leadership dans les domaines du mobile money et de l’internet mobile au service de la transformation numérique au Burkina. Dans ce sens, l’entreprise a déjà lancé au profit des structures étatiques, le paiement de la taxe via Orange money ; le e-santé qui est un dispositif d’assistance médicale par appel à travers «Allo Docteur» ; «Conseil médical» par SMS et l’accès aux pharmacies de garde et à la liste des médecins reconnus par l’Etat et l’ordre des médecins et le e-boutique Orange qui est une plateforme e-commerce pour acheter en ligne avec Orange.