Aujourd'hui,
URGENT
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer

SOCIETE

La deuxième édition du «Café ressources humaines» du Réseau des étudiants et professionnels en gestion des ressources humaines du Burkina Faso (REP/GRH-BF) s’est tenu les 10 et 11 mai 2018 à Ouagadougou. Pour les responsables de ce réseau d’étudiants, l’objectif est de contribuer au développement des compétences des participants et de placé le capital humain au cœur des défis de transformation de la nation.


«Le constat sur le marché de l’emploi est qu’il n’y a pas de logiciels qui permettent de cerner l’humeur de l’homme», explique Ousmane Sandwidi, président du REP/GRH-BF. Deuxième du genre, ce «Café ressources humaines» permettra donc de créer un cadre de partage de bonnes pratiques, des expériences et de contribuer à développer les compétences des participants. Ce sont donc environ 800 personnes qui ont pris part à cette deuxième édition du «Café ressources humaines» au cours de laquelle des panels sur le leadership, le management du changement, la planification des ressources humaines, développement organisationnel, la problématique des stages et l’insertion professionnelle des étudiants en fin de cycle. Au sortir des échanges, chacun des participants devrait pouvoir s’adapter désormais aux exigences de la fonction ressources humaines. «Nos autorités doivent comprendre que le développement du Burkina Faso passe par le développement du capital humain», fait remarquer M. Sandwidi.

Pour Laurent Ouédraogo président de l’Université de Ouahigouya, représentant le ministre de l’Enseignement supérieure de la Recherche scientifique et de l’innovation, ce cadre est «une opportunité qu’il faut perpétuer.» «La fonction des ressources humaines est une fonction qui est importante et qui permet tout développement. Notre souhait est que les étudiants qui sortent de nos universités soient bien gérés et qu’ils puissent produire et réaliser les résultats qui sont attendus pour le développement du pays», propose M. Ouédraogo.

Pour sa part, Jean-Marie Sompougdougou directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, estime que la ressource humaine est la matière première de la mondialisation. Il a donc demandé aux initiateurs de persévérer pour que l’ensemble de l’activité économique puisse continuer à bénéficier de l’expertise et de la technicité des acteurs de la ressource humaine.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé