Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent Dabilgou a présidé mardi 08 mai 2018 à Loumbila, la cérémonie officielle de lancement de la campagne nationale de sensibilisation avant démolition des ralentisseurs non conformes. Cette cérémonie organisée par l’Onaser, entre dans le cadre de la lutte contre l’excès de vitesse qui constitue à la fois la principale cause et l’un des principaux facteurs aggravants des accidents de la circulation routière au Burkina Faso. Elle vise à règlementer la construction des ralentisseurs.

Par souci de préserver leur sécurité et leur santé, des populations riveraines des axes routiers et autres voies publiques érigent tous azimuts des ralentisseurs qui ne répondent pas aux normes requises. Ceux-ci constituent non seulement des entraves à la fluidité du trafic routier, mais aussi représentent un réel danger pour les conducteurs et les véhicules qui sont souvent endommagés.

Cette situation interpelle tout un chacun puisque les individus qui érigent ces ralentisseurs n’ont aucune compétence ni aucune expertise pour les réaliser ; toute chose qui dénote de l’incivisme ou de la défiance de l’autorité. D’où la pertinence de cette activité de sensibilisation puis de démolition des ralentisseurs «sauvages», communément appelés gendarmes couchés.

Pour le ministre Vincent T. Dabilgou, si ces actes sont compréhensibles humainement, parce que c’est face aux multiples accidents mortels de la route, souvent liés à l’excès de vitesse que certains concitoyens ont cru bien réagir en érigeant systématiquement des ralentisseurs anarchiques voire «sauvages» pour obliger les conducteurs à réduire leur vitesse, et à éviter ainsi de faucher des vies et d’endeuiller des familles, il est de notre responsabilité collective d’éviter le paradoxe de créer des problèmes en voulant en résoudre.

A titre illustratif, sur la RN1, l’axe Ouaga-Bobo, longue de 365 km, on dénombre 141 ralentisseurs soit une moyenne de 2 ralentisseurs par km ; sur la RN6, l’axe Ouaga-Sapouy-Léo- frontière du Ghana longue de 160 km, on dénombre 93 ralentisseurs dont43 en terre et sur la RN3, l’axe ouaga-Dori d’une distance de 246 km, nous totalisons 150 ralentisseurs dont 50 ne respectent pas les normes de construction.

Pour lutter contre la pratique de la vitesse par les conducteurs, le gouvernement a entrepris une série d’actions, parmi lesquelles la prise d’un arrêté ministériel portant obligation d’installation de dispositifs de limitation de vitesse et de contrôle des temps de conduite et de repos dans les véhicules de transport routier et de l’interdiction du transport mixte, et l’adoption du décret portant normes de conception et de construction de ralentisseurs routiers de vitesse au Burkina…

Source: Ministère des Transports