Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Des travailleurs de la société  minière, Bissa Gold étaient face à la presse ce mardi 8 mai 2018 à Ouagadougou. Ils ont exprimé « leurs mécontentements et frustrations » face à l’attitude de leur employeur qui a changé unilatéralement les conditions de travail. Malgré ce fait, les travailleurs disent toujours privilégié le dialogue.

Quels sont les griefs de ces travailleurs qui ne sont pas du tout content de leur employeur ? Pour Mohamed Kéré, représentant des travailleurs,  il s’agit essentiellement de la rotation du travail, la valorisation des compétences nationales, la sous-traitance spéculative, le volet santé et sécurité au travail et le climat social. 

Le principal point d’achoppement serait la décision « unilatérale de la direction » de changer le système de rotation des travailleurs. Selon les explications de Mohamed Kéré, initialement la rotation des travailleurs adoptée en janvier 2012 était de 7/7 soit 7 jours de travail de 12h et 7 jours de repos dans des conditions légales avec payement des heures supplémentaires. A l’en croire, cette rotation favorisait aussi bien les travailleurs que la direction. 

C’est en avril 2013 que la direction aurait décidé, « sans concertation aucune » selon M. Kéré, de revoir le système de rotation. La nouvelle rotation était de 4/4 soit 4 jours de travail et 4 jours de repos.

« Dans ces conditions imposées, les travailleurs ont perdu plus de 25% à 30% de leur salaire net » a fait savoir M. Kéré, pour qui les heures supplémentaires aussi ne sont plus payées normalement. Le représentant des travailleurs estime que les heures au delà des heures normales doivent être payées selon les textes du Burkina. A défaut de respecter cela, les travailleurs veulent travailler tout simplement 8 heures par jour et 40 heures par la semaine.

Le représentant des travailleurs a indiqué avoir saisi leur ministère de tutelle et leurs recommandations n’ont jamais été respectées par la direction.

« L’inspection du travail de Kaya avait déjà notifié à Bissa Gold le caractère illégal de ce système de rotation ; aussi les recommandations du ministre en charge du travail dans le sens de trouver une solution à la crise ont été simplement ignorées par la direction de Bissa. Malgré l’implication de nos autorités de tutelles, les points sensibles n’ont toujours  pas eu une résolution favorable » a dit Mohamed Kéré.

Outre le non respect des horaires et des contrats de travail, le représentant des travailleurs  ont dénoncé la non-valorisation des compétences nationales. A ce niveau, les travailleurs font remarquer un manque de transfert de compétence en faveur des travailleurs  nationaux, un manque de formations qualifiantes et une discrimination dans la promotion des compétences.  A coté de cela, ils exhortent leur employeur à abandonner « des propos  et comportements racistes » et les « discours et comportements réducteurs et dénigrants».

Malgré tout, Mohamed Kéré et ses camarades n’iront pas à la confrontation avec leur employeur car ils croient toujours aux vertus du dialogue. « Nous ne sommes pas violents et nous allons continuer avec le dialogue tout en espérant que nos employeurs vont changer » a conclu M. Kéré. En rappel, cette lutte des travailleurs de Bissa Gold est soutenue par le Syndicat des travailleurs  de la géologie des mines et des hydrocarbures.