Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Huit assaillants ont brûlé mercredi 2 mai le logement d'un enseignant à Bafina avant de semer la panique dans le marché de Guenbila, a appris l’AIB de sources concordantes.

Huit assaillants armés et à motos ont fait irruption mercredi dans le village de Bafina (département de Barsalogho), à environ 75km de Kaya dans la province du Sanmentenga (Centre-Nord).

Quatre d’entre eux ont incendié le logement du Directeur d'une école sous paillote. Les trois classes n'ont pas été touchées.

L’enseignant qui a été ligoté pendant le forfait, a tout perdu dans l'incendie et est encore sous le choc, affirment nos sources.

Le reste du groupe s’est dirigé vers le marché de Guenbila (un km de Bafina) où ils ont semé la panique en tirant en l’air et en brûlant le siège du groupe d’autodéfense Koglweogo et un hangar de vente de liqueurs.  

Les assaillants venus en binôme, ont emporté deux motos appartenant aux enseignants.

La situation sécuritaire du Burkina Faso s’est dégradée ces trois dernières années avec la montée du terrorisme, principalement dans son septentrion où des centaines de classes ont été fermées.

Dans la nuit du 30 avril au 1er mai, le poste de police de Madouba (Kossi, Nord-Ouest) a subi d’importants dégâts, à la suite d’une attaque terroriste, rappelle-t-on.

Agence d’Information du Burkina