Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: le gouvernement décrète une semaine de deuil national après le décès de Kofi Annan
ONU: l'ancien secrétaire général, Kofi Annan est décédé à l'âge de 80 ans
Soum: un militaire perd la vie dans une opération de déminage (Burkina 24)
Inde: le bilan des inondations s’élève actuellement à plus de 324 morts et des centaines de milliers de déplacés
Tuy: deux civils tués dans une embuscade, 5 blessés dont un policier
Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
Football: le Burkina Faso maintient son rang de 8e africain et se classe 52e au niveau mondial selon la Fifa
Musique: la « reine de la soul », Aretha Franklin s'est éteinte ce 16 août à l'âge de 76 ans
Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) réélu avec 67,17% des voix
Italie: l'effondrement d'un viaduc à Gênes fait au moins 35 morts, selon un dernier bilan

SOCIETE

Ce 24 avril 2018, le commissariat central de police de la ville de Ouagadougou (CCPO) devait en principe conduire devant le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou quatre présumés faux monnayeurs, selon un communiqué de la police nationale.

«Les mis en cause dans cette affaire ont été interpellés en possession de deux cantines de coupures de papier en forme de billets de banque noircis et en pleine exécution de leur plan d’arnaque de 12 millions de franc CFA au préjudice de plusieurs personnes», détaille le communiqué.

La police en a profité pour sensibiliser les amateurs de gains faciles sur les méthodes employées par les escrocs de ce type.

D’abord, «ils vous soufflent qu’ils ont en leur possession un important stock de billets de banque (dollars, euro, CFA, etc.) subtilisés dans un pays étranger (Libye, Syrie, Côte-d’Ivoire, etc.) Ils vous affirment que les billets en question ont été plongés dans un liquide noir pour les dissimuler au moment du franchissement des frontières et qu’ils ont besoin d’un produit chimique pouvant les laver pour leur redonner leur aspect normal afin de les injecter dans le circuit», décrit le communiqué.

Pour persuader leurs "pigeons" de financer l’achat en grande quantité du prétendu produit devant servir au lavage du stock de billets, les faux monnayeurs procèdent à un test de lavage en sa présence et lui offrent quelques billets authentiques de banque préalablement dissimulés dans le lot de fausses coupures afin de le convaincre.
Une fois l’argent censé servir à l’achat du produit récupéré, la bande disparaît.

Ce énième coup de filet du CCPO vient s’ajouter à une moisson déjà consistante des services de police dans la lutte contre le faux monnayage et l’escroquerie.

L’an dernier, 27 présumés faux monnayeurs et 1 431 présumés escrocs ont été appréhendés sur le territoire national. Pour le premier trimestre de l’année 2018, ce sont huit présumés faux monnayeurs et 460 présumés escrocs qui ont été interpellés et déférés devant la Justice burkinabè.

«Si vous êtes en face d’une proposition d’affaire similaire au scénario détaillé plus haut, ou quelqu’un de votre entourage, alertez rapidement les services de sécurité aux numéros verts suivants : le 17 pour la Police Nationale, le 10.10 pour le Centre National de Veille et d’Alerte et le 16 pour la Gendarmerie Nationale», conclut le communiqué.