Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

L’ambassadeur Jean Baptiste Natama, décédé le dimanche 18 mars dernier a été inhumé ce jeudi 22 mars 2018 au cimetière municipal de Gounghin. Cette ultime séparation s’est faite en présence de membres du gouvernement, de la famille nucléaire, ainsi que des compagnons de lutte et autres connaissances du disparu.

La mise en terre de la dépouille de Jean Baptiste Natama a été précédée d’un hommage militaire. Par la même occasion, il a été fait à titre posthume Grand officier de l’Ordre national. Il était un peu plus de 16 heures, lorsque le corbillard dans lequel se trouvait le cercueil du regretté est arrivé au cimetière de Gounghin, où était déjà présent plusieurs personnalités venues lui rendre un « ultime et solennel » hommage.

Des différentes interventions, il est ressorti que l’homme aura été utile pour sa communauté et bien plus. En témoigne par exemple, les mots d’El Hadj Kassamba Ali Diaby qui est intervenu au nom des membres de la Jeune chambre internationale, dont M. Natama fut le premier président de cette organisation sur le plan local. « Je souhaite que chacun et chacune garde au creux de son cœur une petite part de l’homme que tu fus. Un homme extraordinaire. Nous retenons de toi un homme courageux, volontaire, droit, humain, vertueux en un mot et digne de confiance ».  

En outre, exprimant leur impuissance face à ce fait, ces collaborateurs de Jean Baptiste Natama, estiment que celui-ci est parvenu à accomplir sa mission terrestre. Ce pourquoi, il a plu à Dieu de le rappeler à lui. Pour ses compagnons de lutte, « les patriotes qui ont tant honoré et apporté à la patrie ne meurent jamais ». Pour eux, l’illustre disparu aura été un véritable patriote aussi bien dans l’âme que dans les faits, ils considèrent que leur camarade « n’est pas mort ». Toutefois, si ce départ voudrait signifier qu’il a joué sa partition alors « ce message est clair et limpide », a laissé entendre Adama Rouamba.

En outre, tous sont unanimes que Jean Baptiste Natama, aura été tout au long de son parcours, un homme de vision, d’engagement et de conviction et surtout « un homme pluriel ». Ensemble, ils ont émis le souhait qu’il repose en paix.

Jean Baptiste Natama a tiré sa révérence le dimanche 18 mars 2018 à son domicile. Colonel de l’armée, celui à qui la Nation rend hommage a aussi servi en tant que diplomate. C’est à l’âge de 54 ans que celui qui avait également le titre d’écrivain poète et essayiste quitte les siens.         

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé