Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

L’ambassadeur Jean Baptiste Natama, décédé le dimanche 18 mars dernier a été inhumé ce jeudi 22 mars 2018 au cimetière municipal de Gounghin. Cette ultime séparation s’est faite en présence de membres du gouvernement, de la famille nucléaire, ainsi que des compagnons de lutte et autres connaissances du disparu.

La mise en terre de la dépouille de Jean Baptiste Natama a été précédée d’un hommage militaire. Par la même occasion, il a été fait à titre posthume Grand officier de l’Ordre national. Il était un peu plus de 16 heures, lorsque le corbillard dans lequel se trouvait le cercueil du regretté est arrivé au cimetière de Gounghin, où était déjà présent plusieurs personnalités venues lui rendre un « ultime et solennel » hommage.

Des différentes interventions, il est ressorti que l’homme aura été utile pour sa communauté et bien plus. En témoigne par exemple, les mots d’El Hadj Kassamba Ali Diaby qui est intervenu au nom des membres de la Jeune chambre internationale, dont M. Natama fut le premier président de cette organisation sur le plan local. « Je souhaite que chacun et chacune garde au creux de son cœur une petite part de l’homme que tu fus. Un homme extraordinaire. Nous retenons de toi un homme courageux, volontaire, droit, humain, vertueux en un mot et digne de confiance ».  

En outre, exprimant leur impuissance face à ce fait, ces collaborateurs de Jean Baptiste Natama, estiment que celui-ci est parvenu à accomplir sa mission terrestre. Ce pourquoi, il a plu à Dieu de le rappeler à lui. Pour ses compagnons de lutte, « les patriotes qui ont tant honoré et apporté à la patrie ne meurent jamais ». Pour eux, l’illustre disparu aura été un véritable patriote aussi bien dans l’âme que dans les faits, ils considèrent que leur camarade « n’est pas mort ». Toutefois, si ce départ voudrait signifier qu’il a joué sa partition alors « ce message est clair et limpide », a laissé entendre Adama Rouamba.

En outre, tous sont unanimes que Jean Baptiste Natama, aura été tout au long de son parcours, un homme de vision, d’engagement et de conviction et surtout « un homme pluriel ». Ensemble, ils ont émis le souhait qu’il repose en paix.

Jean Baptiste Natama a tiré sa révérence le dimanche 18 mars 2018 à son domicile. Colonel de l’armée, celui à qui la Nation rend hommage a aussi servi en tant que diplomate. C’est à l’âge de 54 ans que celui qui avait également le titre d’écrivain poète et essayiste quitte les siens.