Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le vendredi 23 février 2018 à Ouagadougou face à la presse, le directeur des enquêtes douanières a annoncé la saisie de quatre tonnes de chanvres indiens dissimulés dans des caches aménagées d’un camion. Cette saisie a été possible par l’interception d’un camion le 17 février dernier par les services douaniers. Cette saisie porte à 15,38 tonnes la quantité de drogue saisie par les forces de sécurité burkinabè sur la période allant d’octobre 2017 au 17 février 2018.

Selon les explications du directeur des enquêtes douanières, Laurent Blaise Kaboré, «au total, plus de 15 tonnes de drogue ont été saisies dont 14,380 kg d’héroïne, 10,900kg de méthamphétamine et 1,4 kg de cocaïne pour la période allant seulement de novembre 2017 au 17 février 2018. La drogue est enveloppée respectivement dans des paquets d’un kilogramme, deux kilogrammes et 26 kilogrammes».

 «Il faut noter qu’au cours de ces saisies, au niveau du colis douanier postal, la saisie du 27 décembre dernier a occasionné en même temps l’arrestation de deux individus qui sont entre les mains de la justice aujourd’hui» a fait savoir M. Kaboré.

Aux dires du directeur des enquêtes douanières, le Burkina est un pays de transit mais depuis quelques temps, il est aussi un pays de consommation. «Le Burkina Faso est un pays de transit que l’on disait de par le passé mais aujourd’hui, faudrait faire attention car le Burkina Faso est un pays de consommation de drogue. Il ne faut pas avoir peur de le dire car pour lutter contre ce fléau il faut l’affirmer, il y a beaucoup de drogue qui passent par notre pays et nous ne savons pas. C’est ce que nous avons saisi (…). Donc n’allons pas chercher loin, le Burkina Faso consomme de la drogue et il faut combattre le trafic de drogue» a expliqué le directeurs des enquêtes.

Selon lui, les frontières sont poreuses et la douane n’arrive pas à contrôler tous ces petits espaces. Il a ajouté que  la douane manque de beaucoup de moyens de travail; parce que, «l’on n’a qu’un scanner au niveau de l’aéroport de Ouagadougou. Des scanners en nombre dans tous les offices de douanes faciliteraient pourtant le travail des agents sur le terrain» a-t-il relevé.

De l’avis du directeur des enquêtes douanières, Laurent Blaise Kaboré, le cas le plus inquiétant est la consommation de la drogue en milieu scolaire. Pour ce faire, la douane promet intensifier ses actions sur le terrain. Mais pour lutter efficacement contre ce fléau, M. Kaboré appelle à une mutualisation des forces avec le ministère de la Sécurité et celui en charge de l’Education nationale.