Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le vendredi 23 février 2018 à Ouagadougou face à la presse, le directeur des enquêtes douanières a annoncé la saisie de quatre tonnes de chanvres indiens dissimulés dans des caches aménagées d’un camion. Cette saisie a été possible par l’interception d’un camion le 17 février dernier par les services douaniers. Cette saisie porte à 15,38 tonnes la quantité de drogue saisie par les forces de sécurité burkinabè sur la période allant d’octobre 2017 au 17 février 2018.

Selon les explications du directeur des enquêtes douanières, Laurent Blaise Kaboré, «au total, plus de 15 tonnes de drogue ont été saisies dont 14,380 kg d’héroïne, 10,900kg de méthamphétamine et 1,4 kg de cocaïne pour la période allant seulement de novembre 2017 au 17 février 2018. La drogue est enveloppée respectivement dans des paquets d’un kilogramme, deux kilogrammes et 26 kilogrammes».

 «Il faut noter qu’au cours de ces saisies, au niveau du colis douanier postal, la saisie du 27 décembre dernier a occasionné en même temps l’arrestation de deux individus qui sont entre les mains de la justice aujourd’hui» a fait savoir M. Kaboré.

Aux dires du directeur des enquêtes douanières, le Burkina est un pays de transit mais depuis quelques temps, il est aussi un pays de consommation. «Le Burkina Faso est un pays de transit que l’on disait de par le passé mais aujourd’hui, faudrait faire attention car le Burkina Faso est un pays de consommation de drogue. Il ne faut pas avoir peur de le dire car pour lutter contre ce fléau il faut l’affirmer, il y a beaucoup de drogue qui passent par notre pays et nous ne savons pas. C’est ce que nous avons saisi (…). Donc n’allons pas chercher loin, le Burkina Faso consomme de la drogue et il faut combattre le trafic de drogue» a expliqué le directeurs des enquêtes.

Selon lui, les frontières sont poreuses et la douane n’arrive pas à contrôler tous ces petits espaces. Il a ajouté que  la douane manque de beaucoup de moyens de travail; parce que, «l’on n’a qu’un scanner au niveau de l’aéroport de Ouagadougou. Des scanners en nombre dans tous les offices de douanes faciliteraient pourtant le travail des agents sur le terrain» a-t-il relevé.

De l’avis du directeur des enquêtes douanières, Laurent Blaise Kaboré, le cas le plus inquiétant est la consommation de la drogue en milieu scolaire. Pour ce faire, la douane promet intensifier ses actions sur le terrain. Mais pour lutter efficacement contre ce fléau, M. Kaboré appelle à une mutualisation des forces avec le ministère de la Sécurité et celui en charge de l’Education nationale.