Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le procès de 12 personnes, accusées d’avoir organisé en fin janvier, une violente fronde en rapport avec les limites de la forêt classée de Tapoa-Boopo, s’est ouvert mercredi matin au Tribunal de Grande instance de Fada N’Gourma (Est), selon l’AIB.

Les chefs d’accusations portés contre les suspects tournent autour, de coups et blessures sur des autorités en exercice de leurs fonctions et de destruction de bornes d’une zone sylvo-pastorale.

Il leur est également reproché d’avoir empêché des Forces de l’ordre, dûment mandatées, de procéder à des arrestations.

La défense des accusés est assurée par Me Prosper Farama. La plus part d’entre eux ont nié les faits à eux reprochés.

En rappel, le 26 janvier 2018, à l’occasion de la journée régionale de la forêt à Matiakoali (province du Gourma), des manifestants avaient violemment interrompue une cérémonie de mobilisation communautaire pour la protection et la préservation de la forêt classée de Tapao-Boko.

Ils se plaignaient de l’empiètement de la forêt sur leurs champs.

Après une première vague d’interpellation dans la nuit du 1erau 2 février, des manifestants étaient ressortis pour se plaindre.

Agence d’Information du Burkina