Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

SOCIETE

La Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (Sonagess) était face à la presse ce mardi 20 février 2018. Au cours de cette rencontre, les responsables de la structure ont rendu public le bilan et les perspectives liées à la sécurité alimentaire. Lesdites conclusions sont issues d’un atelier tenu les 16 et 17 janvier dernier. 

De cet atelier, il ressort qu’au titre du bilan des boutiques témoins, plus de 247 mille tonnes de céréales ont été vendues à prix social entre 2013 et 2017. Aux dires du directeur général de la Sonagess, Aimée Roger Kaboret, les boutiques témoins ont joué un rôle important dans la stabilisation des prix des céréales. «Elles ont aussi contribué à réduire le taux de chômage par la création d’emplois au profit de plus de 1 800 jeunes et femmes» dit-il.

Pour ce qui est de la situation alimentaire sur le marché céréalier, Bénédicte Drabo/Pémou, dans sa communication a indiqué qu’en matière de disponibilité alimentaire, il y a une production céréalière de 4 552 273 tonnes sur les 5 200 000 tonnes prévues d’où une baisse annuelle de 0,32% et quinquennale de 1,01%. «Nous faisons face à un déficit céréalier de 72 677 tonnes de céréales» souligne-t-elle.

Nonobstant cette situation, elle note une offre céréalière assez bonne bien qu’en baisse par rapport à l’année passée. «Les marchés sont en majorité approvisionnés par les commerçants sauf dans le grand Ouest, le Sud et l’Est du pays» fait savoir Mme Drabo.

S’agissant de la couverture des besoins céréaliers, elle indique que 42,6% de ménages sont non autonomes au plan national dont plus de 58,7% pour les régions du Nord,  du Centre-nord, du Centre et du Sahel. Puis 17 provinces sont déficitaires, 6 en équilibres et 22 provinces excédentaires d’où 83 communes à risque.

Pour ce faire, précise la communicatrice Bénédicte Drabo/Pémou, de la période allant du mois d’octobre à décembre, 1 935 554 personnes seront sous-pression, et 132 899 personnes en crise. Et de juin à août 2018, ajoute-t-elle, 2 631 631 personnes seront sous-pression et 620 394 en situation de crise ou d’urgence. 

En termes de perspectives, on note l’accroissement des boutiques témoins de 138 à 250, l’ouverture prioritaire des boutiques témoins dans les communes à risques d’insécurité alimentaire, entre autres. Le gouvernement a annoncé aussi un apport de plus de 25 milliards de francs Cfa pour l’acquisition et la vente de plus de 95 000 tonnes de céréales.

Pour cette année, le directeur général de la Sonagess a rassuré que les bénéficiaires seront approvisionnés car, avant chaque livraison les maires seront avisés afin de prendre les dispositions idoines. «Cette année, nous avons décidé d’expérimenter d’autres formules à savoir les ventes sur camion pour anéantir les spéculations. Il s’agit d’amener les céréales sur place en informant les maires à l’avance» a expliqué M. Kaboret. Il a par ailleurs souligné que la population sera informée du jour du déroulement de la vente par les maires des localités concernées.

Le directeur commercial, Abdoulaye Sawadogo, a précisé que le sac de 50 kilogrammes du petit mil, du maïs et du sorgho est au prix subventionné de 6000francs Cfa et le sac de 25 kilogrammes du riz local est à 7 500 francs Cfa.

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé