Aujourd'hui,
URGENT
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires

SOCIETE

Le Collectif citoyen pour l’agro écologie (CCAE) a animé ce mercredi 7 février 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse sur les velléités de retour du coton OGM au Burkina Faso. Au vu des tractations sur la problématique du coton Bt, le collectif n’entend pas rester en marge d’où, cette rencontre avec la presse pour donner sa position.


Pour le porte-parole du collectif, Ali de Goamma Tapsoba, au vu de la sortie médiatiques des pros OGM, il ressort des contre-vérités. «Dire que depuis le retour au coton conventionnel, le rendement et la qualité du coton a chuté, c’est méconnaitre ou mépriser l’histoire de la qualité de notre coton» dit-il en soutenant que, «c’est à partir de 2008 avec la production du coton OGM que notre coton a perdu son label de qualité pour devenir un coton bas de gamme et qui se vend difficilement».

Il va plus loin en affirmant qu’en son temps -en 2009-2010- le Conseil économique et social avait interpellé le gouvernement à travers un écrit sur la culture du coton génétiquement modifié. «Mais le gouvernement n’a pas réagi» lance le porte-parole.

Le collectif entend se battre afin d’empêcher une pollution des écosystèmes, une détérioration de l’économie nationale et une intoxication de la population. «C’est démontré que la toxine dans l’organisme peut passer à travers le placenta de la femme et peut contaminer le sang. Il est aussi démontré que les toxines Bt peuvent contaminer les nappes phréatiques. Aussi, cette toxine Bt dans l’alimentation peut intoxiquer» a expliqué M. Tapsoba.

La preuve, selon lui, est que les résidus du coton ne sont pas mangés même par les termites alors que le coton conventionnel, les termites en dévoraient. De son avis, «lorsque vous voyez des insectes qui refusent de manger quelque chose, c’est qu’il y a un degré de poison élevé qui peut attaquer les humains. Donc, le coton conventionnel que le Burkina Faso a cultivé pendant des années n’avait pas de souci par rapport au Bt»

Le porte-parole du Collectif estime que le coton burkinabè était prisé sur le marché international et lorsque le gouvernement s’est retourné au Bt, «personne ne voulait acheter le coton du Burkina et le rendement a baissé».

Au niveau de la semence, les conférenciers soulignent qu’avec 700 à 800 francs Cfa du coton conventionnel, «on pouvait payer la semence pour un hectare de culture mais, avec le coton génétiquement modifié, le même sac pour l’hectare coûtait autours de 28 mille francs Cfa. «Quand vous faites la différence entre 800F et 28 mille francs, cela veut dire qu’il y avait des firmes qui n’avaient que pour objectif de s’enrichir sur le dos des paysans», ont-ils fait savoir.

Dans les jours à venir, le Collectif entend mener des actions afin d’empêcher toute pratique de culture génétiquement modifié au Burkina Faso. A cet effet, il est prévu entre autres une marche internationale contre les OGM et pour l’agro écologie le samedi 19 mai 2018 pour interpeller l’opinion nationale et internationale qu’il y a des velléités de retour du coton OGM. Aussi, le Collectif demande au législateur de réviser la question de la biotechnologie au Burkina «parce que telle qu’écrit, cela favorise l’entrée des OGM».