Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

SOCIETE

Au cours de leur conférence bilan tenue ce jeudi 1er février 2018, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) par la voix de son coordinateur Windyam Zongo, s’est par ailleurs prononcée sur la réforme du système des rémunérations dans la Fonction publique annoncée par le chef de l’Etat lors de son discours du nouvel an à la Nation. Il dit ne pas craindre pour une quelconque remise «à plat».

«Pour nous, un acquis demeure un acquis. Donc, nous ne craignons pas. Nous avons mené une lutte, nous avons acquis quelque chose et cela reste greffé à nos rémunérations. Nous n’avons pas connaissance d’une quelque refonte. Nous ne savons pas à quoi cela aboutira donc, nous demeurons convaincus qu’un acquis reste un acquis pour le travailleur. Et si toutefois, il y a une remise en cause des acquis, les travailleurs ne se laisseront pas faire et ils se donneront le droit de montrer qui ils sont et qu’est-ce qu’ils peuvent faire», a prévenu Windyam Zongo, coordinateur national des syndicats de l’éducation.

En rappel, c’est lors de son discours à la Nation que le président du Faso,  Roch Marc Christian Kaboré avait annoncé cette réforme. «La persistance des revendications salariales et les demandes d’amélioration des conditions de vie des travailleurs dans les différents secteurs pose avec acuité et urgence la nécessité d’une réforme du système des rémunérations dans la Fonction publique pour plus d’équité et de justice sociale (…). C’est pourquoi, j’annonce dès le mois de février, que le gouvernement engage cette réforme du système de rémunération en concertation avec les partenaires sociaux et les autres composantes de la Nation pour donner naissance à une Fonction publique moderne dynamique et tournée vers le développement au service exclusif des usagers» avait-il annoncé dans son discours

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé