Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

SOCIETE

La police nationale a saisi 2,850 tonnes de pétards lors d’opérations qui se sont déroulées dans la nuit du 2 au 3 décembre. Deux personnes ont aussi été interpellées, selon un bilan dressé ce samedi 3 décembre 2016 lors d’un point de presse par le commissaire central de la ville de Ouagadougou, Irnou Kambiré.

 



A en croire le commissaire Kambiré, c’est dans la nuit du 2 au 3 décembre que des opérations ont été menées par la police dans tous les secteurs de la ville de Ouagadougou, dans des lieux préalablement identifiés. Ces opérations ont permis de saisir 2,850 tonnes de pétards et autres feux d’artifices. Deux personnes sont par ailleurs «retenues» par la police dans le cadre de cette affaire.  La police compte transmettre son rapport «à qui de droit» pour la suite à donner.

Si la police en est arrivée là, assure-t-il, c’est parce que les communiqués du ministre en charge de la Sécurité intérieure invitant les détenteurs de ce type de produis à les déposer auprès des services de sécurité n’ont rien produit comme effet. La police dit même avoir échangé avec les responsables des commerçants sur le sujet, sans succès. «Nous avons malheureusement constaté que, jusqu’à la date du 2 décembre, aucun dépôt de pétards, communément appelés jouets explosifs, n’a été enregistré», regrette le commissaire Kambiré.


«Avec la situation sécuritaire qui prévaut, ajoute-t-il, on arrive facilement à assimiler le bruit de ces pétards aux détonations d’armes à feu. Si tout le monde fait exploser des pétards au même moment et qu’il y a une attaque, il sera difficile d’orienter les équipes d’intervention», justifie le commissaire central de Ouagadougou.

Les opérations vont se poursuivre et même s’étendre, prévient la police. Tous ceux qui détiennent des stocks de pétards sont invités à les déposer auprès des commissariats.