Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

Photo: Faso-nord.info

SOCIETE

Le procès de l’agent de santé Nonguezanga Kaboré s’est tenu ce mercredi 31 janvier 2018 à Ouahigouya.

Les faits se sont déroulés en 2012, alors que le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) avait lancé un mot d’ordre de grève. Minata Traoré, 19 ans, est décédée au Centre médical de Séguénéga où l'accusé était en poste. L’agent de santé Nonguezanga Kaboré est alors accusé de non-assistance à personne en danger et d'homicide involontaire. L’anesthésiste explique avoir suivi le mot-d'ordre lancé par le syndicat.

Il a comparu ce mercredi devant le tribunal de grande instance de Ouahigouya pour répondre de ces chefs d’inculpation.

D’après nos confrères de Faso-nord.info qui en font le compte rendu, l’audience a duré plus de deux heures à l’issue desquelles le procureur près le Tribunal de grande instance de Ouahigouya a requis une peine de six mois assortis de sursis pour non-assistance de personne en danger.

Le procureur a par contre demandé que M. Kaboré soit relaxé en ce qui concerne les faits d'homicide involontaire, pour infraction non constituée.

L’accusé sera fixé sur son sort le 14 février prochain.

Le site Faso-nord.info rapporte également que l'audience s'est déroulée en présence d'agents de santé et responsables syndicaux venus massivement soutenir leur collègue et en l’absence des plaignants.

A noter qu’au niveau national, le Syntsha a lancé un mot d’ordre de grève ce mercredi 31 janvier 2018. A travers ce débrayage de 24 heures, le syndicat entend exiger l’annulation pure et simple du procès «inique» engagé pour fait de grève contre leur militant.

Selon le secrétaire général du syndicat, Pissyamba Ouédraogo, ce procès est une atteinte grave aux libertés démocratiques et syndicales. «La participation à un mot d’ordre de grève ne saurait être assimilée à un délit. Pas de faute, pas de procès», lance M. Pissyamba.


Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé