Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

SOCIETE

La gestion et le fonctionnement de l’abattoir frigorifique divisent les bouchers de Bobo-Dioulasso, désormais scindés en deux associations. La dernière-née, créée pour gommer la première, a vu sa conférence de presse perturbée par le président de celle-ci dans l’après-midi du mardi 30 janvier 2018.

Aliou Badara Coulibaly, élu en 2007 président de l’Union provinciale des bouchers et charcutiers du Houet, n’a plus le consensus des bouchers exerçant au niveau de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso. Certains membres de son bureau sont en effet allés en dissidence et ont créé leur propre structure, l’Union des transformateurs de la filière bétail et viande du Houet, en octobre 2015, avec comme président Seydou Yoda, alors secrétaire général de la première structure.

L’Union des transformateurs de la filière bétail et viande du Houet de Seydou Yoda a organisé une conférence de presse ce mardi 30 janvier 2018 devant l’abattoir. Ses responsables voulaient présenter leurs objectifs à leurs sympathisants et aussi leur vision de l’organisation et du fonctionnement de l’abattoir.

C’était en présence du directeur de l’abattoir, Innocent Sanou, du maire de l’arrondissement 3 où est implantée l’abattoir, ainsi que d’autres responsables administratifs.

La nouvelle structure, sans même faire mention de l’ancienne association, exige que désormais, en plus de l’agrément, les bouchers de Bobo se procurent forcément une carte professionnelle pour pouvoir exercer sur le site de l’abattoir.

«Arnaque!» S’est aussitôt insurgé Aliou Badara Coulibaly, le président de la première association qui s’était glissé dans l’assistance. Présent donc à la rencontre, il ne comprenait pas ce qui se passait, disait ne pas savoir s’il avait été destitué par les autres et pourquoi. Hué, il n’a pas eu droit à la parole.

Toutefois, Aliou Badara Coulibaly que nous avons interrogé plus tard dénonce une tentative d’accaparement du droit d’abattage à l’abattoir par les autres. «L’abattoir est pris en otage par des bandits» et «le directeur n’est pas un docteur vétérinaire. Il est incompétent pour diriger l’abattoir. Il a peur pour son poste», dira-t-il.

L’idée des cartes professionnelles, d’après, Aliou Badara Coulibaly, avait été émise depuis longtemps. Mais elle avait été vite écartée suite à des tractations, certains bouchers s’y étant opposé.

Dans tous les cas, Aliou Badara Coulibaly compte mener la lutte pour, dit-il, éviter de «laisser la gestion de l’abattoir entre les mains d’un groupe.»

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé