Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

Photo: Burkina 24

SOCIETE

En début de soirée de ce jeudi 25 janvier 2018, l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (UNAPESS), les syndicats de l’enseignement, les responsables religieux, se sont donné rendez-vous au Premier ministère. Il était question à travers cette initiative, de poursuivre les discussions en vue de parvenir à une sortie de crise imminente dans le milieu scolaire. Au terme des échanges de ce jour, tout laisse croire que les choses vont bon train et que tout naturellement cette situation connaîtra un dénouement dans les prochains jours.

C’est sous l’égide du Mogho Naaba que l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso a souhaité échanger avec les syndicats sous le regard avisé des autorités politiques, religieuses et coutumières compte tenu de la crise qui secoue le milieu scolaire depuis bientôt 4 mois. Cette démarche, à en croire Hector Ardent Ouédraogo, président de l’Union, s’inscrit dans l’optique de trouver des solutions définitives à cette crise.

Selon ce dernier, le point d’achoppement concernerait la question du statut stipulé dans la plateforme revendicative des syndicats de l’enseignement. Toutefois, en dépit de ce point de désaccord, et compte tenu de l’état d’avancement de la situation, une issue favorable serait envisageable pour les différentes parties, comme le mentionne M. Ouédraogo.

« Nous avons discuté. Et je crois que nous sommes tombés sur de très grandes avancées. Nous avons souhaité que les choses aillent très rapidement à la suite de ce que nous avons vécu comme situation. 4 mois c’est beaucoup et nous avons souhaité que demain (vendredi 26 janvier) en début d’après-midi qu’un protocole puisse être signé au bonheur de tous les protagonistes et surtout pour le bien de notre chère patrie le Burkina Faso », a déclaré le président de l’Unapess.  

Saisissant l’occasion, Hector Ardent Ouédraogo a tenu à rassurer ses pairs « de la reprise effective des cours dans les prochains jours ». Cependant, à l’endroit des élèves, « nous leur demandons beaucoup de retenue ».  

Par ailleurs, la reprise des discussions est prévue pour ce vendredi 26 janvier. Et le « négociateur » semble être convaincu « qu’avec la grâce de Dieu, nous devrions parvenir à un protocole d’accord ».

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé