Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Après de nombreuses manifestations, notamment des grèves, le syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (Synatic), a marqué une halte afin de faire le point sur leur lutte pour améliorer leurs conditions de vie et de travail. Les agents des médias publics estiment qu’en dépit de quelques avancées, on est encore loin de parler d’une résolution totale de leurs préoccupations. Cette annonce a été faite lors d’une conférence de presse mercredi 7 décembre 2016, au centre national de presse Norbert Zongo de Ouagadougou.

 

Au lendemain, de leur denier mouvement de grève prévu pour durer 96 heures et suspendu par la suite le 28 octobre dernier, des pourparlers entre la structure syndicale des agents des médias publics et une délégation gouvernementale mise en place par le Premier ministre se sont tenus. Que retenir de ces négociations entre le Synatic et le gouvernement ? C’est à cette interrogation que les premiers responsables de ce syndicat ont tenté de répondre au cours d’une conférence de presse.

Aux dires de Siriki Dramé, secrétaire général du Synatic, «des efforts ont été faits de part et d’autre pour parvenir à une sortie de crise». Le syndicat  assure avoir fait des concessions sur les mesures transitoires proposées en attendant la mise en œuvre de la société d’Etat aux éditions Sidwaya et à la RTB. «Une demande d’audience a été introduite auprès du chef du gouvernement pour lui demander de trancher définitivement sur plusieurs questions qui faisaient l’objet de désaccords», admet M. Dramé.

Les travailleurs reconnaissent aussi quelques avancées, notamment sur «la reconstitution de carrière de certains de nos camarades au niveau de la RTB ». Mais ils tiennent à préciser qu’il n’est pas question pour l’heure de parler d’une résolution sur toute la ligne de leurs revendications. Voilà ils avertissent qu’ils se «donnerons tous les moyens pour relancer le combat» pour la satisfaction de nos légitimes préoccupations.