Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

SOCIETE

A trois jours de la fin de l’année 2017, la police municipale de Ouagadougou a dressé le bilan de ses activités. Une année riche en activités, selon le contrôleur Victor Bazié, directeur de la sécurité publique. La police municipale a déclaré avoir mis en fourrière, à la date du 27 décembre, au total 14 535 engins et animaux au cours de l’année 2017.

Selon les statistiques données par le contrôleur Victor Bazié, il s’agit de 11 857 engins à deux roues saisis pour des contraventions diverses dont les plus récurrentes ont été le non-respect de la bande cyclable et des feux tricolores. Aussi, 867 tricycles et 1 101 véhicules ont été mis en fourrière pour non-respect de feux tricolores, communication au volant, la non détention du permis de conduire et stationnement interdit.

«La majorité des contrevenants ont un âge compris entre 18 et 35 ans et plus de 60% des contrevenants sont des femmes», a fait savoir Victor Bazié, le directeur de la sécurité publique, les exhortant à l’observation stricte du code de la route.

Lors des saisies, les animaux errants dans la ville n’ont pas été épargnés. Car, ce sont 710 têtes de bétail qui ont aussi été conduits en fourrière dont certains ont fait l’objet de vente aux enchères. «A ce jour, aucun animal n’est en fourrière car, tout a été vendu», a précisé le contrôleur Bazié.

Pour ces fêtes de fin d’année, le directeur de la sécurité publique a affirmé que des éléments de la Police municipale sont aussi sur le terrain comme ceux des autres forces de sécurité afin de minimiser les risques d’accidents.

«Nous sommes sur le terrain avec les autres forces de sécurité. La ville est divisée en plusieurs zones et nous sommes dans la même zone que la Police nationale. Nous avons donc des éléments à certaines intersections qui régulent la circulation. Lorsque l’ordre est donné aux forces de réprimer, nos éléments aussi répriment», a expliqué Victor Bazié.

Il a de ce fait invité les citoyens à plus de prudence en circulation pendant cette période d’agitation. Et le chef du service communication, Adama Pamtaba de conclure qu’au cours de cette année 2017,  il a été constaté plus de 3 300 cas d’accidents de circulation du fait du non-respect du code de la route qui ont occasionné au moins 38 morts.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé