Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

SOCIETE

C’est dans la salle PSUT de l’Université Ouaga I qu’a eu lieu, ce vendredi 22 décembre 2017, le cérémonial de sortie de la 13è promotion de gynécologues entièrement formés au Burkina. Au nombre 26, ces nouveaux praticiens ont bouclé avec succès quatre années de formation de spécialisation aussi bien théorique que pratique dans les différents centres hospitaliers universitaires du pays.

A l’occasion, des hommages à profusion ont été rendus à la doyenne, la première professeure et première femme gynécologue du Burkina, Bibiane Koné, qualifiée de «maman» par les nouveaux gynécologues, de grand «maître» et même de «dinosaure» par le Pr Thièba Bonané, celle-là même qui a coordonné la formation de ces jeunes spécialistes.

Devant le gotha du monde de la médecine, de la recherche et des acteurs hospitaliers, les 26 de «la portée 2017 du Pr Thieba» sont entrés en possession chacun de son parchemin devenant ainsi aptes à exercer dans leur spécialité.

La marraine, Sika Kaboré, épouse du Président du Faso, dont le père fut gynécologue, a livré un message franc à ses filleuls qui doivent «allier savoir-faire et savoir-être, en cultivant l’humilité, la modestie pour être à l’écoute des femmes qui des fois viendront à vous juste pour avoir du réconfort». Du reste, a-t-elle fait savoir qu’elle suit de près ses filleuls après avoir cité les noms de certains gynécologues sortis en 2007 et dont était la marraine.

En près de 15 ans d’existence, le Diplôme d’Etude Spéciale en Gynécologie-obstétrique de l’Université de Ouagadougou a mis sur le marché de l’emploi 150 spécialistes. D’où des hommages mérités à la directrice de l’UFR/ SDS le Pr Lougué Claudine ainsi qu’au Pr Thieba Bonané.

Tous fondent espoir que ces nouvelles compétences contribueront à l’amélioration de la prise en charge médicale de la mère et de l’enfant, donc à la réduction des taux de mortalité concernant ces deux couches vulnérables.

Ce fut également le souhait de l’artiste musicienne Amety Meria qui, à travers deux chansons, dit rêver d’un monde sans souffrance et des accouchements sans risques.

A noter que les 26 nouveaux spécialistes sont de nationalité Béninoise, Malienne et Burkinabé. Ainsi, «à chaque fois que vous serez dans l’un de ces pays, vous croiserez vos filleuls», dixit Pr Thiéba à l’endroit de la marraine.

Service communication CHU-YO

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé