Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

SOCIETE

La 13ème édition de festival Ciné droit libre a débuté depuis le 9 décembre dernier à Ouagadougou. 72 heures après, les organisateurs de ce festival ont dressé un bilan partiel ce mardi 12 décembre 2017 au cours d’une conférence de presse. Un bilan satisfaisant de leur point de vue.

Le festival Ciné droit libre bat son plein depuis le weekend dernier. Trois jours après le début des activités, les organisateurs ont fait le bilan à mi-parcours. Pour eux, le bilan est satisfaisant et cette 13ème édition promet déjà un grand succès. «Nous sommes très contents de ce qui est déjà passé et ce qui vient est encore très lourd», se réjouit le coordinateur général du festival, Abdoulaye Diallo.

Et comme activités, il y a la chanson sur les migrants qui sera réalisée bientôt autour de Didier Awadi, il y aura des spectacles qui se dérouleront sur le terrain de la mairie de Bogodogo avec une émission spéciale sur Norbert Zongo.

A cela s’ajoutent la projection du film Bori Bana le 13 décembre à partir de 19 h et pour terminer la soirée avec un concert donné par un groupe de reggae de l’Afrique de l’ouest.

Pour Abdoulaye Diallo, «il ne faut pas se faire raconter, il faut donc à partir de ce 13 décembre vivre intensément le festival Ciné droit libre».

Placée sous le thème «Migration, loin de chez moi», cette édition connait plusieurs innovations dont la caravane itinérante, le passeport ciné sans frontière. Il y a surtout un numéro spécial du journal de journaliste d’investigation assassiné le 13 décembre 1998, «l’Indépendant», qui comprend le premier éditorial de Norbert Zongo, son dernier article mais aussi des témoignages, et des caricatures.

«A travers cette édition spéciale, nous avons voulu rendre hommage symboliquement à ce journal et à ce qu’il a représenté pour le pays. Donc, nous avons fait une édition spéciale qui est mise en vente au prix de 200f comme Norbert Zongo le faisait mais, la totalité des recettes sera versée à la famille à Koudougou pour contribuer aux funérailles de la maman de Zongo qui nous a quitté en début de ce mois», a précisé le coordinateur général du festival Ciné droit libre.

Plusieurs activités seront menées jusqu’au 16 décembre prochain. Il s’agit du village du festival qui s’ouvre ce 13 décembre, des projections de films, le jeu concours 10 minutes pour convaincre, le dialogue démocratique, des expositions et des espaces pour enfants.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé