Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

SOCIETE

Le juge a donné son verdict dans l’affaire d’enregistrement et de publication de conversations téléphoniques entre Idrissa Nogo, Safiatou Lopez/Zongo et Philippe Ouédraogo dont le procès a débuté le 21 septembre 2017. Le dossier a été vidé ce lundi 4 décembre 2017 par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI).

Accusé de complicité de diffamation et d'injures, Safiatou Lopez et Phillipe Ouédraogo ont été condamnés à 200.000 FCFA d'amende chacun. Cela, pour avoir enregistré et diffusé ladite conversation, selon lefaso.net. Idrissa Nogo lui, a été condamné à 10.000 FCFA d'amende pour avoir diffamé Michel Rabo et Manssourou Guiro dans un cadre privé, rapporte la même source.

Rappelons que Massourou Guiro est du mouvement Plus rien ne sera comme avant (M/PRESCA), Michel Rabo est membre du réseau Dignité, Idrissa Nogo, ancien coordonnateur du M/PRSCA, Safiatou Lopez, présidente d’honneur du Cadre de concertation national des organisations de la société civile (CCNOSC) et Philippe Ouédraogo, secrétaire général du Bloc des étudiants contre l’injustice et l’impunité (BNECI).