Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Après le rendez-vous manqué de 2015, les Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) sont effectives cette année. Ce jeudi 16 novembre 2017 s’est ouvert à Ouagadougou la 10ème édition sous le thème «Médias sociaux et formation des opinions en Afrique». Cette édition est placée sous le haut patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, représenté à la cérémonie d’ouverture par son Haut représentant, Moumina Chérif Sy.

L'objectif visé à travers ce thème est de contribuer à une amélioration positive de la formation plurielle des opinions causées par les médias sociaux et préparer nos pays à réussir leur insertion dans le nouveau paysage médiatique international. Parlant du thème, Remis Fulgance Dandjinou, ministre en charge de la Communication et président exécutif de la 10e édition des UACO, estime que c’est une problématique qui s’impose par sa pertinence et son actualité. Pour lui, les médias sociaux interpellent fortement aujourd’hui l’ensemble des acteurs de tous les milieux socioprofessionnels. 

A écouter la ministre du développement de l'économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, marraine de cette édition, dans le contexte où tout le monde est en train de devenir émetteur et récepteur de l’information, les réseaux sociaux sont devenues une réalité inévitable. «Depuis 2006, les réseaux sociaux sont omniprésents dans notre vie quotidienne. Le taux d’abonné n’a de cesse augmenté de façon exponentielle. On compte aujourd’hui un peu moins de 4 milliards d’internautes sur une population mondiale estimée à plus de 7 milliards soit un taux de pénétration de 50%. En Afrique, sur une population estimée à 1,3 milliards on dénombre 362 millions d’internautes soit un taux de pénétration de 29% et 168 millions d’utilisateurs de réseaux sociaux avec un taux de pénétration de 14%» a-t-elle expliqué tout en relevant que Facebook reste le réseau social le plus utilisé dans le monde avec 1,8 milliards d’abonnés.

A en croire la marraine, grâce à la gratuité et à l’instantanéité, les media sociaux sont aujourd’hui la première source d’information : «Ils ont incontestablement révolutionné le monde et s’imposent aujourd’hui comme un outil indispensable dans notre quotidien».

Espace de rencontres et d’échanges, aux yeux de la marraine, les réseaux sociaux ont véritablement fait du «monde un village planétaire». Cependant, souligne-t-elle, «les avantages ne doivent pas nous faire perdre de vue le revers de la médaille».

Pour sa part, le représentant du chef de l’Etat, Moumina Chérif Sy, dit ne pas douter un seul instant des capacités et des compétences des participants à cette rencontre de haut niveau pour déplier des pistes de réflexions mais aussi et surtout d’actions au profit des étudiants, stagiaires, fonctionnaires, formateurs et chercheurs des différents pays. 

La présidente de l’Association des blogueurs du Burkina (ABB), Basseratou Kindo, dit attendre de ces UACO de fortes propositions pour contribuer à la formation des principaux acteurs afin de réduire les «effets pervers que produisent les mauvais utilisateurs des réseaux sociaux »

Trois jours durant, outre le colloque académique, le programme de cette édition prévoit une exposition de matériels et équipements de communication et des TICs en rapport avec l’évolution technologique, un forum des grandes écoles de formation en journalisme et communication de la sous-région, une rencontre conjointe entre les responsables des télévisions de l’espace Uemoa et les opérateurs de mise en œuvre de la TNT et des changements qu’elle entrainera pour nos pays.