Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Créée depuis 2011, la plateforme des Droits économiques, sociaux et culturels est née de la volonté des Organisations de la société civile membres, pour apporter une plus-value dans la promotion et la protection des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). Ladite plateforme a été présentée à la presse ce mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.


La plateforme DESC/Burkina regroupe une trentaine d’OSC burkinabè, soutenue par le Programme de renforcement des capacités en droits humains (Huricap) d’Amnesty international Pays-Bas et le bureau régional du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme basé à Dakar. Selon Christian Ouédraogo, coordonnateur, la coalition entend contribuer au renforcement et à la mise en œuvre des garanties juridiques et pratiques de protection des DESC au Burkina, veiller à l’appropriation du contenu des DESC par les acteurs clés et l’ensemble des populations. Elle compte également poursuivre la mise en œuvre des obligations et recommandations en la matière par les pouvoirs publics centraux et décentralisés et mobiliser la société civile et les citoyens pour un plaidoyer efficace en vue de faire progresser les DESC.

Depuis sa mise en place, la plateforme DESC/Burkina a déjà formé des membres des OSC sur l’utilisation des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains. Elle a aussi élaboré et diffusé des kits d’information et de plaidoyer sur la réalisation du deuxième protocole facultatif au pacte international sur les droits civils et politiques, visant à abolir la peine de mort et du protocole facultatif au PIDESC. «Les activités réalisées ont permis de former plus de 90 leaders d’associations et d’ONG sur le contenu, les sources, les obligations et les étapes de travail en matière de DESC. Elles sont également à la base des nouvelles adhésions de plusieurs associations communautaires augmentant à 30, le nombre d’organisations membres de la plateforme DESC/Burkina», a confié M. Ouédraogo.