Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SOCIETE

A Bobo-Dioulasso, le Synatfitex, un des syndicats de la Société des fibres et textiles du Burkina Faso (Sofitex), a marché jeudi 2 novembre. Conduite par son secrétaire général Issiaka Traoré, la marche du Synatfitex aspirait à encourager la direction à emprunter le chemin de la bonne gouvernance.

Pour le Synatfitex, la direction de la Sofitex doit tout mettre en œuvre pour que les travailleurs vivent mieux.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les mots du Synatfitex à l’endroit du comité CGTB de la Sofitex étaient plus virulents que les mots utilisés contre la direction. «Nous encourageons la direction générale à persévérer dans la bonne gouvernance et à se départir de toute forme de cogestion qui peuvent lui être imposée par des anarchosyndicalistes maîtres chanteurs qui gangrènent la Sofitex», ressort-il de la déclaration du syndicat.

Pour le secrétaire général du Synatfitex, «la CGTB est un syndicat 10%». Ce qui veut dire tout simplement que le comité CGTB de la Sofitex prélève 10% sur les retombées des luttes qu'elle conduit.

Enfin, le Synatfitex dit souhaiter «pour le partage équitable des richesses produites à travers la culture, l’égrenage et la vente du coton et des coproduits».
Serge Maurille (correspondant à Bobo-Dioulasso)