Aujourd'hui,
URGENT
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)
Minefid: le gouvernement va recruter "un personnel d’appoint constitué de retraités et de volontaires" pour suppléer les grévistes
Sport: la Burkinabè Marthe Koala a remporté l’heptathlon au meeting des épreuves combinées de Kladno en République Tchèque

SOCIETE

A Bobo-Dioulasso, le Synatfitex, un des syndicats de la Société des fibres et textiles du Burkina Faso (Sofitex), a marché jeudi 2 novembre. Conduite par son secrétaire général Issiaka Traoré, la marche du Synatfitex aspirait à encourager la direction à emprunter le chemin de la bonne gouvernance.

Pour le Synatfitex, la direction de la Sofitex doit tout mettre en œuvre pour que les travailleurs vivent mieux.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les mots du Synatfitex à l’endroit du comité CGTB de la Sofitex étaient plus virulents que les mots utilisés contre la direction. «Nous encourageons la direction générale à persévérer dans la bonne gouvernance et à se départir de toute forme de cogestion qui peuvent lui être imposée par des anarchosyndicalistes maîtres chanteurs qui gangrènent la Sofitex», ressort-il de la déclaration du syndicat.

Pour le secrétaire général du Synatfitex, «la CGTB est un syndicat 10%». Ce qui veut dire tout simplement que le comité CGTB de la Sofitex prélève 10% sur les retombées des luttes qu'elle conduit.

Enfin, le Synatfitex dit souhaiter «pour le partage équitable des richesses produites à travers la culture, l’égrenage et la vente du coton et des coproduits».
Serge Maurille (correspondant à Bobo-Dioulasso)