Aujourd'hui,
URGENT
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)

SOCIETE

Suite à l’appel de leurs syndicats, les enseignants ont déserté les écoles jeudi 26 et vendredi 27 octobre 2017 à Bobo-Dioulasso. L’affluence était grande pendant les 48 heures à la bourse du travail de la ville.

A Bobo-Dioulasso, les enseignants ont répondu à l’appel de leurs syndicats jeudi et vendredi 27 octobre 2017. Ils ont massivement participé à l’assemblée générale tenue à la Bourse du travail. Une assemblée au cours de laquelle les responsables sont revenus sur les causes des journées d’arrêt de travail.

Il s’agit de revendications autour de l’adoption d’un statut valorisant la fonction enseignante, de la relecture de l’organigramme du ministère de l’Education pour autonomiser chaque niveau de l’éducation, de l’amélioration de l’indemnité spéciale de logement pour les personnels et son octroi d’office à tout le monde…

Les enseignants demandent également le contrôle des établissements privés pour les conformer au cahier de charges ainsi que l’amélioration de l’accès à l’éducation.

En gros les enseignants veulent l’amélioration des conditions de travail pour une efficacité du système éducatif.

Selon le secrétaire général du Synapager à Bobo, Kalifa Ouattara, le taux de participation à la grève est estimé à 98% au niveau des établissements publics et privés.

Il est à signaler également des échauffourées entre certains élèves. Ceux d’établissements privés qui refusaient de quitter classe ont été blessés par des projectiles jetés par leurs camarades.




FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé