Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

SOCIETE

«Les frontières érigées pour limiter les libertés corporelles ne sauraient être des freins à la liberté créatrice des détenus. La création artistique et littéraire participe de l’épanouissement du détenu et facilite par conséquent, sa réinsertion au sein de la société». C’est foi de cette assertion de l’inspecteur général des services du ministère de la Culture, Raphaël Compaoré, que le Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) a décidé de faire la part belle aux détenus au cours des activités de sa deuxième rentrée du droit d’auteur ouverte jeudi 26 octobre à Bobo-Dioulasso.

La deuxième édition de la rentrée du droit d’auteur (RDA) se tient du 26 au 28 octobre 2017 sur le site de la SNC à Bobo-Dioulasso. L’édition se veut singulière de par son thème évocateur qui est «Culture sans frontière». En choisissant ce thème, le BBDA voudrait montrer non seulement sa solidarité vis-à-vis des détenus, mais aussi prouver que, comme dit le parrain de l’édition, Al Hassane Siénou, président directeur général de la société Tropic agrochem, «la contrainte par corps n’est pas un obstacle à l’expression artistique».

«Nos détenus jouissent aussi bien que les autres créateurs de la plénitude de leurs expression artistique, droit fondamental dont nul ne saurait leur priver», a-t-il signifié ce jeudi matin lors de la cérémonie d’ouverture.

A noter que la RDA proprement dite se veut un cadre de rencontre et d’échanges entre les acteurs culturels du Burkina Faso. Elle a aussi pour objectif de favoriser une meilleure contribution du droit d’auteur par les parties prenantes, les utilisateurs d’œuvres, les titulaires de droits et les populations.

Comme à la première édition à Ouagadougou, la rentrée de Bobo-Dioulasso intègre plusieurs activités majeures dont des communications autour des thématiques se rapportant au droit d’auteur (gestion, répartition…), également un match de football entre détenus et acteurs culturels le 27 octobre à la maison d’arrêt et de correction de Bobo, une foire d’exposition et une soirée gala pour joindre l’utile à l’agréable.



Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé