Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

SOCIETE

Le Centre d’expertise et d’influence politique pour l’eau potable et l’assainissement (IRC), dans son rôle de générateur de connaissance, a organisé un colloque national sur les modèles de gestion efficace d’eau potable les 18 et 19 octobre 2017 à Ouagadougou.

Ce colloque, organisé en collaboration avec le ministère burkinabè de l’Eau et de l’Assainissement et le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef), a réuni les acteurs du secteur de l’eau et l’assainissement pour définir de nouvelles stratégies pour l’atteinte des objectifs «zéro corvée d’eau en 2020» et l’accès universel à l’eau et à l’assainissement à l’horizon 2030. Au terme des 48 heures d’échanges, plusieurs recommandations ont été faites à l’endroit des gouvernants.

Notamment:

-  Pour assurer durablement son équilibre financier, Le secteur de l’eau devra bénéficier d’au moins du même niveau de subventions que les autres secteurs tels que l’énergie, le transport urbain ou les intrants agricoles qui bénéficient de subventions publiques pour leur équilibre.
 
- En relation avec la qualité de l’eau dont le suivi régulier pose problème, il est nécessaire d’opérationnaliser les mécanismes prévus dans les différentes lois et les textes d’application pour assurer le suivi régulier et systématique de celle-ci.
 
- Avec les nouveaux référentiels de développement et la constitutionnalisation du droit à l’eau, il y’a une nécessité de repenser l’échelle de planification des services d’eau, en s’appuyant sur une approche territoriale avec une vision à long terme.
 
-Pour une gestion efficiente des services d’eau en milieu rural, il est nécessaire de tirer les leçons des différentes formes de PPP en expérimentation et de mettre en place une régulation forte et indépendante associant l’Etat, le Secteur Privé et la Société civile.
 
Enfin, le colloque estime que, pour réaliser l’ambition du secteur de réaliser l’ODD 6 en 2030, il est nécessaire d’élaborer un plan de financement sectoriel et le décliner à tous les niveaux, et en particulier au niveau communal.


Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé