Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SOCIETE

Dans le cadre des actions de protection des droits des enfants et de promotion des mesures alternatives à l’emprisonnement des enfants en conflit avec la loi (ECL),  le Groupement alternatif d’initiatives artistiques (GAIA Faso) offre un programme découverte de l’art thérapie aux enfants détenus à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco).


L’Art-thérapie selon les spécialistes, peut-être un outil efficace d’accompagnement psycho-social personnalisé. Et l’association GAIA Faso l’a si bien compris qu’elle organise du 13 au 30 octobre 2017, l'accompagnement des Enfants en conflits avec la loi (E.C.L) et détenus à la Maco. Sur 60 jeunes détenus, âgés entre 13 et 17 ans, il a été retenu 7 jeunes condamnés. Selon Isabelle Annick Dossa, la présidente de ladite association, ces enfants bénéficieront d'un accompagnement thérapeutique pilote qui sera le référent pour une suite de leur prise en charge à Ouagadougou et dans d'autres prisons au Burkina.

«L’incarcération  a rendu les jeunes détenus objets et non sujets, d’eux-mêmes, ni  de leurs vies. Lorsqu’on travaille avec des ECL,  Il paraît évident d’utiliser une thérapie adaptée. Or l’art-thérapie est un mode de soin précisément non verbal qui peut répondre à leurs besoins. Surtout auprès d’une population qui n’est pas culturellement habituée à se raconter», explique Mme Dossa. L’atelier d’art thérapie offrira donc un espace privilégié d’expression non verbale encadrée et de créativité. Il les accompagnera  dans un processus de création, abordera  leur souffrance autrement par une stratégie du détour afin de dédramatiser et s’approprier autrement leurs traces émotionnelles. Ce sera leur insuffler de l’air et de la vie dans un corps et un psychisme étouffés, privés, éteints ou en veille qui n’attendent qu’un accompagnement adéquat et des relations sécurisantes pour se réparer et se reconstruire.

Les enfants auront l’occasion de découvrir et de se familiariser avec une multitude de techniques et matériaux. Notamment la peinture à l’aquarelle et acrylique, le modelage d’argile, le dessin, le collage, fusain, la bande dessinée etc.

GAIA Faso existe depuis novembre 2015. Son objectif est d’améliorer les conditions de vie par l’éveil des consciences, la promotion et le développement de l’art thérapie au travers de différentes actions dans le domaine artistique, culturel, éducatif, thérapeutique et social et la mise en place de projets socio-éducatifs et socio-professionnels. GAIA Faso entend perpétuer cette initiative et l’étendre sur l’ensemble du territoire si les moyens suivent.