Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

SOCIETE

Une personne a été tuée et une autre blessée le lundi 2 octobre 2017, aux environs de 16 heures, quand une explosion s’est produite dans une soute à munitions du camp Ouezzin Coulibaly de Bobo Dioulasso.

Selon des informations concordantes, corroborées par un communiqué de l’Etat-major général des armées, l’explosion accidentelle s’est produite dans la soute à minutions logé dans le camp, alors que des responsables des forces armées inspectaient des installations.

«Face à des difficultés d’ouvrir la porte blindée, il a été fait appel aux techniciens de Burkina clé. C’est au cours de l’intervention de ces derniers que l’explosion a eu lieu», explique l’armée.

Le bilan fait état d’une personne décédée et un autre grièvement blessé. Tous des civils, membres de l’équipe technique de «Burkina clé». Très prompt, les sapeurs-pompiers  ont vite  maîtrisé l’incendie provoqué par cette explosion.  

Selon notre informateur qui a requis l’anonymat,  les armes et munitions sont très sensibles. Le bruit des travaux de l’équipe technique de «Burkina clé» pourrait  être à la base de l’explosion.