Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma : le cinéaste burkinabè Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février 2018 à Ouagadougou. 
Football: Les Étalons rétrogradés au 9e rang africain et classés 57e au niveau mondial (Classement Fifa février 2018)
Ethiopie: démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn
Burkina: Une marche le 15 mars contre «le pillage du foncier» par les sociétés immobilières (AIB)
Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa endosse les habits de président après la démission de Zuma
Allemagne: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, se rend à Munich pour la 54ème Conférence sur la sécurité.
Présidence: Domba Jean Marc Palm, directeur de recherche à la retraite,  nommé Président du Haut Conseil du dialogue social.
Présidence: le journaliste Auguste Marie Romain Bambara nommé directeur de la Communication de la présidence du Faso.
Justice: L’audience devant examiner la demande d’extradition de François Compaoré initialement prévue le 7 mars a été reportée au 28 mars 
Nigeria: 60 ans de prison pour un combattant de Boko Haram (BBC)

SOCIETE

La lutte contre la divagation des animaux dans la ville de Ouagadougou, menée entre le 1er et le 28 septembre 2017, a permis de mettre 332 animaux en fourrière, selon un décompte de la police municipale.

En outre, plus de 5,5 millions de Francs CFA ont été perçus au titre des contraventions. 

Le 9 septembre dernier, 150 animaux mis en fourrière après une dizaine de jours d’une opération spéciale, avaient été restitués à leurs propriétaires après paiement de l’amende qui leur a été imposée.

Ils avaient dû débourser entre 25.000  francs CFA pour le gros bétail et 15.000 francs pour le petit. A cela s’ajoutait la somme de 5.000 francs par jour pour les frais de fourrière.

La maire de la capitale, Armand Béouindé, avait annoncé lors de cette restitution qu’un nouveau texte entrera en vigueur. «Dès lors que nous savons que l’élevage est interdit en ville, il n’y aura plus d’amendes pour entrer en possession des animaux saisis. Ceux-ci seront soit vendus au profit des caisses de la collectivité, soit mis à la disposition des œuvres sociales de la commune de Ouagadougou.»