Aujourd'hui,
URGENT
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)

SOCIETE

Le commissariat de police de l’ex arrondissement de Baskuy a démantelé une bande de 7 présumés escrocs qui trompaient la vigilance des citoyens au moyen de fausses coupures de billets de banques. Ils ont été présentés ce vendredi 22 septembre 2017 à la presse par les enquêteurs dudit commissariat. 

Selon la déclaration des enquêteurs, tout serait parti le 11 septembre dernier suite à une dénonciation. Cette personne, a indiqué  avoir  été approchée «par des individus qui détiendraient des billets de banque dits sales, qu’ils désiraient faire laver, si toutefois, elle pouvait trouver de l’argent pour l’achat des produits de lavage».

C’est fort de cette information, que les éléments de la brigade de recherche du commissariat de Baskuy ont entamé les investigations qui ont permis à l’arrestation des sept présumés escrocs de la bande. Il s’agit de Mahamadi Demian, 52 ans, employé de commerce, présumé cerveau du groupe et de six autres (Lookmane Sana 36 ans ; Abass Ouédraogo 38 ans ; Mohamed lamine Derra, 32 ans ; Omer Yougouma  36 ans ; Nourou Kanazoé 25 ans  et Mohamed Sana étudiant de 24 ans). 

Chaque élément de la bande avait un travail spécifique. Citant le présumé cerveau, Mahamadi Demian,  la police a laissé entendre qu’il  a déclaré « avoir reçu les coupures de billets de banque et des produits chimiques des mains d’un de ses amis, ressortissant d’un pays voisin, qui par la même occasion lui a appris la technique d’arnaque ». Il aurait également dit qu’il détient ces fausses coupures depuis plus de deux (02) ans et qu’il ne se rappelle ni l’identité ni le nombre de ces victimes.

Et qu’en est-il de leur procédure pour arnaquer leurs cibles ? « Pour donner de la crédibilité au faux, les escrocs se procurent de faux billets de banque auxquels ils mélangent de vrais billets de banque. Une fois la victime appâtée, ils procèdent au lavage des billets sales à l’aide d’un produit préalablement acheté avec l’argent remis par la victime. A l’issu du lavage, ils remettent à la victime quelques bons billets préalablement insérés dans le lot des fausses coupures. Ils disent à la victime qu’il doit donner plus d’argent pour la suite du lavage. Une fois l’argent pris et si la victime est dans l’incapacité d’en trouver encore, la bande se disperse et c’est la fin » fait savoir les enquêteurs.

Au cours de leur interpellation, la brigade de recherche a pu saisir, entre autres, en leur possession : 19 liasses de faux billets en coupure de 100 dollars US, 3 faux billets en coupure de 10.000 francs CFA, 2 bidons d’un litre chacun contenant du produit chimique, 2 sachets noirs contenant de la poudre noire, 1 lot de papiers blanc sale coupés en forme de billets de banque et  1 lot de papiers vert coupés en forme de billets de banque.

Tout en indiquant qu’ils seront présentés incessamment devant le procureur, les conférenciers du jour ont insisté sur la nécessité de la collaboration des populations avec les forces de sécurité, ce qui leur permettrait de lutter efficacement contre la criminalité.

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé