Aujourd'hui,
URGENT
Soum : des hommes armés non identifiés ont emporté lundi plus de 200 bœufs dans le village de Gadiouga.
Siao: l'agent comptable et le Caissier condamnés à 60 mois de prison ferme, 10 millions de francs CFA d’amende pour détournement.
Education: des enseignants recrutés sur mesures nouvelles en 2016 manifestent pour réclamer le payement de 8 mois d’arriérés de salaire. 
Padema: deux producteurs de coton retrouvés morts pendus dans leur champ à Pandema, à 70km de Bobo Dioulasso (Ouaga FM).
Guinée Bissau : un nouveau contingent de 140 militaires burkinabè (4 officiers et 136 sous-officiers) déployé dans les prochains jours.
Culture : le total des droits d'auteurs à partager par le BBDA s’élève à plus de 324 millions de FCFA, à repartir entre 13 881 artistes.
Russie 2018: l'attaquant Gafar Sirima du club FK Tambov, en deuxième division russe, vient d'être appelé pour compléter la liste des Étalons.
Maroc: le cinéaste burkinabé Idrissa Ouedraogo préside le jury de la 14è édition du film transsaharien de Zagora.
Rwanda/Génocide:  le parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre BNP Paribas pour complicité de crimes contre l'humanité.
SITHO 2017 : le Niger, pays invité d’honneur du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou. 

SOCIETE

Admis à faire valoir ses droits à la retraite, Siaka Gobé, employé à l’ambassade du Japon au Burkina Faso, a été décoré de la médaille de l’Ordre du Trésor sacré, Rayons d’Or et d’Argent, décernée par le gouvernement japonais.  M. Gobé a reçu sa médaille des mains de Tamotsu Ikezaki, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Burkina Faso le 8 septembre.

En tout, Siaka Gobé aura passé 30 ans de sa vie à œuvrer au renforcement de la coopération tripartite entre le Japon et le Burkina Faso ainsi que la Côte d’ivoire, en tant qu’assistant de coopération. L’intéressé a en effet  d’abord exercé à l’ambassade japonaise en Côte d’Ivoire pendant 22 ans avant d’intégrer l’ambassade du Japon au Burkina Faso depuis son ouverture en 2009 jusqu’à son départ à la retraite le 17 mars dernier.

«Toujours assidu et ponctuel, vos qualités humaines et professionnelles ont toujours été citées en meilleur exemple par vos collaborateurs. Pour vous avoir personnellement connu et pour avoir eu l’opportunité de travailler avec vous en Côte d’Ivoire, je me permets de dire que vous êtes très sociable, humble, disponible, très diligent dans l’exécution de vos tâches, avec une maîtrise du milieu diplomatique qui vous a valu de réussir votre mission au grand bonheur de la coopération entre le Japon et le Burkina Faso», loue Tamotsu Ikezaki, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Burkina Faso.

 «Votre parfaite maîtrise de la langue et de la culture japonaises a toujours fait de vous le Burkinabè tatamizé que les diplomates japonais consultent avec assurance, convaincus qu’avec vous comme facilitateur, leur mission sera productive», ajoute M. Ikezaki.

En reconnaissance à sa contribution «exceptionnelle» à la bonne marche de la coopération nippo-burkinabè, le gouvernement japonais a donc décidé de lui décerner la médaille de l’Ordre du Trésor sacré, Rayons d’Or et d’Argent. Cette médaille, instituée depuis le 3 janvier 1888 par l’Empereur Meiji, récompense les personnes, civiles ou militaires, qui ont rendu des services distingués au Japon.

«En avril 1978, quand j’arrivais la première fois au Japon comme étudiant voltaïque, je ne pouvais pas m’imaginer qu’en avril 2017, le gouvernement du Japon me décernerai une médaille en tant ressortissant étranger ayant grandement contribué aux activités de l’ambassade du Japon», fait de son côté remarquer le récipiendaire, avouant que c’est une médaille à laquelle il n’a jamais aspiré. Et même s’il se demande s’il en est digne, il dit cependant recevoir la décoration avec «fierté et humilité». Raison pour laquelle il remercie les différents ambassadeurs du Japon qui se sont succédé au Burkina, ainsi que le gouvernement japonais, Shinzo Abe, le Premier ministre, en tête.

Bien que n’étant plus en fonction à l’ambassade, il promet de continuer à œuvrer au reforment des liens entre le Japon et le Burkina Faso. Et il a déjà commencé: c’est un retraité très actif dans des structures comme l'Association Faso Japon solidarité (AFAJAPS) et le Comité national Kaizen /Burkina Faso (Conaka-BF) dont il est respectivement le président et le secrétaire général.