Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Un message publié mardi sur la page Facebook -non authentifiée- d'Ansaroul islam, le groupe terroriste fondé par Malam Dicko condamne l’attaque du café Aziz Istanbul et accuse le «Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans» d’être à la base de cette attaque non encore revendiquée.

«Le commandeur des croyants et guide d'Ansaroul Islam vous salue depuis la région de Soum», commence le message. Alors que l’attaque n’a pas été revendiquée, Ansaroul Islam semble indexer Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin, le «Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans» (GSIM),  une organisation terroriste née en mars 2017 de la fusion d'Ansar Dine, des forces d'Al-qaïda au Maghreb islamique (AQMI), de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune. «Les frères et moi-même condamnons l'action du Jamaa Nasr al-Islam wa al-Mouslimin avec ces traitres à notre mouvement. Ils obstruent le chemin d'Allah», accuse le message.

L’organisation, qui dit regretter que l'attaque à l’Aziz Istanbul à Ouagadougou ait «couté la vie à deux éminents frères koweitiens et à nos frères musulmans», menace les auteurs du châtiment divin : «Je vous rappelle ce que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: "quiconque prend les armes contre nous n'est pas des nôtres; et quiconque nous trompe n'est pas des nôtres". Qu'Allah vous châtie».

En rappel, l’attaque du restaurant café Aziz Istanbul le 13 août dernier par deux terroristes a fait 19 morts. Parmi les victimes, Il y avait Fahaad Alhaousseine et Waleed Ahmad, tous deux de nationalité koweïtienne Les deux victimes koweitiennes étaient à la tête d’une fondation installée au Burkina Faso depuis les années 70. L’une était le président des imams du Koweït et l’autre était un professeur d’université. Ils ont trouvé la mort le jour même de leur arrivée, alors qu’ils étaient attablés avec l’imam Issa Amadou Tanon et un jeune étudiant burkinabè au Koweït, Abdoulaye Diallo, tous également dans l’attaque.

Une enquête est ouverte pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, assassinat, tentative d’assassinat, détention illégale d’armes à feu et de munitions, destruction volontaire aggravée de biens le tout en relation avec une entreprise terroriste contre X et toutes autres infractions que l’enquête révélera.

«Afin d’aider à l’identification d’hôtes, de complices ou de facilitateurs éventuels depuis la planification jusqu’à l’exécution de l’attaque terroriste, nous lançons un appel à témoin et invitons toutes personnes désireuses d’apporter son témoignage à se présenter dans l’une des brigades de gendarmerie de la ville de Ouagadougou ou dans un commissariat de police le plus proche», avait demandé la procureure du Faso, Maiza Sérémé. Pour faire avancer l'enquête, la gendarmerie a diffusé le 25 août un portrait-robot des deux tueurs qui avaient commis l'attaque.