Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SOCIETE

Mécontents de la gestion de leur directeur général, une partie du personnel de l’hôtel Sopatel le Silmandé est en grève depuis le 29 avril 2017. Une grève qui a conduit au licenciement des grévistes. Après moult tractations sans suite, la direction générale a dans un communiqué ce mardi 12 septembre, invité les ex travailleurs à prendre attache avec le département du capital humain pour les modalités pratiques de leur réintégration. Joint au téléphone par Fasozine, le délégué général du personnel, Armand Tapsoba a laissé entendre qu’ils n’ont pas reçus de notification d’un tel communiqué.


«Comme suite à la médiation du gouvernement du Burkina Faso dans le conflit né de la grève illégale du 29 avril 2017, la direction générale de Sopatel Silmandé invite les travailleurs ayant été licenciés ou en situation d’abandon de poste depuis le 15 mai 2017, à bien vouloir prendre attache avec le département du capital humain pour les modalités pratiques de leur réintégration, et ce, au plus tard le vendredi 15 septembre 2017 à 18h», peut-on lire dans le communiqué signé du directeur général, Oumar Sall.

Pour sa part, Armand Tapsoba dit avoir pris connaissance de ce communiqué qu’à travers la presse et les réseaux sociaux : «Nous n’avons pas reçus de notification d’un tel communiqué. D’ailleurs, nous allons nous réunir pour tirer les conclusions».

M. Tapsoba explique qu’il devait avoir une rencontre entre le ministère de la Culture et du Tourisme, la direction générale de Silmandé et l’Unité d’action syndicale pour la signature d’un protocole d’accord. Chose qui selon lui, n’a pas été faite jusqu’à présent. Il s’étonne donc que la direction de l’hôtel prenne une telle décision sans les concertations. Dans cette optique, il a indiqué que les ex travailleurs donneront de la voix dans les heures via la presse.