Aujourd'hui,
URGENT
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires

SOCIETE

Mécontents de la gestion de leur directeur général, une partie du personnel de l’hôtel Sopatel le Silmandé est en grève depuis le 29 avril 2017. Une grève qui a conduit au licenciement des grévistes. Après moult tractations sans suite, la direction générale a dans un communiqué ce mardi 12 septembre, invité les ex travailleurs à prendre attache avec le département du capital humain pour les modalités pratiques de leur réintégration. Joint au téléphone par Fasozine, le délégué général du personnel, Armand Tapsoba a laissé entendre qu’ils n’ont pas reçus de notification d’un tel communiqué.


«Comme suite à la médiation du gouvernement du Burkina Faso dans le conflit né de la grève illégale du 29 avril 2017, la direction générale de Sopatel Silmandé invite les travailleurs ayant été licenciés ou en situation d’abandon de poste depuis le 15 mai 2017, à bien vouloir prendre attache avec le département du capital humain pour les modalités pratiques de leur réintégration, et ce, au plus tard le vendredi 15 septembre 2017 à 18h», peut-on lire dans le communiqué signé du directeur général, Oumar Sall.

Pour sa part, Armand Tapsoba dit avoir pris connaissance de ce communiqué qu’à travers la presse et les réseaux sociaux : «Nous n’avons pas reçus de notification d’un tel communiqué. D’ailleurs, nous allons nous réunir pour tirer les conclusions».

M. Tapsoba explique qu’il devait avoir une rencontre entre le ministère de la Culture et du Tourisme, la direction générale de Silmandé et l’Unité d’action syndicale pour la signature d’un protocole d’accord. Chose qui selon lui, n’a pas été faite jusqu’à présent. Il s’étonne donc que la direction de l’hôtel prenne une telle décision sans les concertations. Dans cette optique, il a indiqué que les ex travailleurs donneront de la voix dans les heures via la presse.