Aujourd'hui,
URGENT
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)

SOCIETE

Le comptable de la mairie de Diguel, dans le Soum, Ali Tamboura, enlevé par des individus non encore identifiés, le jeudi 7 septembre 2017, a été libéré le samedi 9 septembre. Dans une interview accordée au quotidien Sidwaya, l’ex otage raconte que ses ravisseurs ne veulent pas que la mairie de Diguel fonctionne.

«Les terroristes, au nombre de sept, ont fait irruption et ont tiré sur moi deux fois. Je me suis laissé tomber, faisant le mort, alors que les balles ne m’ont pas atteint. Ils sont arrivés à ma hauteur, un d’entre eux, apparemment le chef, leur a demandé de couper ma tête, si je suis mort. Au cas contraire, de m’amener vivant, ce qu’ils ont fait», a expliqué Ali Tamboura.

Menotté et détenu dans une forêt non loin de la frontière du Mali, M. Tamboura fait remarquer que c’était un calvaire total. «On mangeait deux fois par jour. On ne savait pas ce qu’on mangeait. C’est aussi l’eau de rivière que nous buvions. Il y avait une rivière dans la forêt. C’est d’ailleurs au bord de cette rivière que nous dormions, à la merci des moustiques. Durant tout ce temps, nous n’avons pas vu la lumière. Ils m’ont dépouillé de ma moto, de mes deux téléphones portables ainsi que d’une somme de 80 000 francs CFA que j’avais dans mon portefeuille, ma carte d’identité, mon sac de bureau», raconte l’infortuné.

Ali Tamborua indique aussi que dans la forêt, ses ravisseurs échangeaient en fulfuldé, mooré et bèla, sans pour autant connaitre leur identité parc que ses yeux dit-il, étaient bandés. Toutefois, il indique que l’un d’entre eux lui a dit qu’il le connaissait bien et que le comptable était un homme très gentil.

Sur les conditions de sa libération, Ali Tamboura affirme n’avoir payé aucune rançon. Mais pourquoi se sont-ils pris à votre personne? A cette question, l’ex otage tente une réponse: «En février 2017, la mairie fut attaquée. En son temps, nous avons plaidé auprès du ministère en charge de l’Administration territoriale pour avoir du matériel afin de continuer à travailler. Ils ne veulent pas que la mairie fonctionne. Ils se sont renseignés et ont appris que c’est le comptable qui est derrière tout ça. Ils m’ont dit que comme je tiens toujours à ce que la mairie vive, et qu’eux sont contre l’administration, alors ils me tueront et la mairie mourra aussi».  Il ajoute d’ailleurs que ses ravisseurs lui ont juré qu’aucune structure administrative de Diguel à Djibo ne fonctionnera.
 
 

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé