Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

SOCIETE

Le comptable de la mairie de Diguel, dans le Soum, Ali Tamboura, enlevé par des individus non encore identifiés, le jeudi 7 septembre 2017, a été libéré le samedi 9 septembre. Dans une interview accordée au quotidien Sidwaya, l’ex otage raconte que ses ravisseurs ne veulent pas que la mairie de Diguel fonctionne.

«Les terroristes, au nombre de sept, ont fait irruption et ont tiré sur moi deux fois. Je me suis laissé tomber, faisant le mort, alors que les balles ne m’ont pas atteint. Ils sont arrivés à ma hauteur, un d’entre eux, apparemment le chef, leur a demandé de couper ma tête, si je suis mort. Au cas contraire, de m’amener vivant, ce qu’ils ont fait», a expliqué Ali Tamboura.

Menotté et détenu dans une forêt non loin de la frontière du Mali, M. Tamboura fait remarquer que c’était un calvaire total. «On mangeait deux fois par jour. On ne savait pas ce qu’on mangeait. C’est aussi l’eau de rivière que nous buvions. Il y avait une rivière dans la forêt. C’est d’ailleurs au bord de cette rivière que nous dormions, à la merci des moustiques. Durant tout ce temps, nous n’avons pas vu la lumière. Ils m’ont dépouillé de ma moto, de mes deux téléphones portables ainsi que d’une somme de 80 000 francs CFA que j’avais dans mon portefeuille, ma carte d’identité, mon sac de bureau», raconte l’infortuné.

Ali Tamborua indique aussi que dans la forêt, ses ravisseurs échangeaient en fulfuldé, mooré et bèla, sans pour autant connaitre leur identité parc que ses yeux dit-il, étaient bandés. Toutefois, il indique que l’un d’entre eux lui a dit qu’il le connaissait bien et que le comptable était un homme très gentil.

Sur les conditions de sa libération, Ali Tamboura affirme n’avoir payé aucune rançon. Mais pourquoi se sont-ils pris à votre personne? A cette question, l’ex otage tente une réponse: «En février 2017, la mairie fut attaquée. En son temps, nous avons plaidé auprès du ministère en charge de l’Administration territoriale pour avoir du matériel afin de continuer à travailler. Ils ne veulent pas que la mairie fonctionne. Ils se sont renseignés et ont appris que c’est le comptable qui est derrière tout ça. Ils m’ont dit que comme je tiens toujours à ce que la mairie vive, et qu’eux sont contre l’administration, alors ils me tueront et la mairie mourra aussi».  Il ajoute d’ailleurs que ses ravisseurs lui ont juré qu’aucune structure administrative de Diguel à Djibo ne fonctionnera.
 
 

Des mots pour le dire...

Sondage

Depuis quelques jours, le gouvernement a entamé une opération de retrait des enfants vivant dans la rue. Cette opération a-t-elle des chances de succès?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé