Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

SOCIETE

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Autonomisation des femmes et des filles et dividende démographique au sahel» (SWEDD en anglais), le ministère de la Santé organise du 6 au 8 septembre 2017 à Bobo-Dioulasso une formation sur la planification familiale, la scolarisation des filles, l’autonomisation économique des femmes et des filles et la lutte contre le mariage d’enfants, au profit des journalistes. La cérémonie d’ouverture a eu lieu mardi en présence du représentant de la directrice de la promotion de la santé, Eric Doyé.

Au Burkina Faso, selon le représentant de la directrice de la promotion de la santé, la situation reste marquée par une forte fécondité, un faible maintien des filles à l’école et une faible autonomisation des femmes et des filles. De ses explications, il ressort que, c’est au regard de cette situation similaire à d’autres pays du Sahel, il a été mis en place ce projet SWEDD.

Et pour lui, cet atelier de 72 heures est consacré à l’amélioration des connaissances des hommes et femmes de medias en faveur d’une meilleure promotion des comportements favorables à l’atteinte des objectifs du projet SWEDD. «Ce présent atelier a pour objectif principal de donner des informations spécifiques sur le projet SWEDD et sur l’ensemble de ses thématiques. Et, dans sa composition, le projet travaille à améliorer la demande de service des santés reproductives, maternelles, néonatales, infantiles et nutritionnelles en favorisant les changements sociaux et comportementaux», a expliqué M. Doyé.

A l’écouter, pour mieux réussir les actions de communication, l’implication des acteurs secondaires à l’image des journalistes s’avère nécessaire. En effet, ajoute M. Doyé, ces acteurs, à travers leurs médias respectifs, peuvent constituer des relais importants pour diffuser les messages sur les différents sous projets, à l’endroit des populations cibles.

A l’issue de la formation, souligne le représentant de la directrice de la promotion de la santé, les hommes et femmes de médias devraient produire des articles sur les différentes thématiques.

A noter qu’une trentaine de participants issus des régions de mise en œuvre des différents projets (Nord, Sahel, Hauts Bassins, Cascades, Centre Nord, Centre Est, Boucle du Mouhoun, l’Est et la région du Centre) prennent part à la présente session de formation.